La fin de l'infrastructure à la papa

28 octobre 2011

Le cloud computing est tout sauf un buzzword, mais ce n’est pas pour autant une révolution. C’est simplement la fin de l’infrastructure à la papa, celle où il fallait pouvoir toucher son serveur (qui était accessoirement unique). C’est aussi une forme d’aboutissement d’un processus d’abaissement des coûts matériels conjugué à l’accroissement des volumes stockés et circulants.

Finalement, le cloud, c’est la fin de logiques techniciennes. Il n’y a plus que deux choses qui comptent : la performance rendue et les garanties. C’est finalement comme l’eau du robinet, qui doit toujours couler à la même pression et avec la même qualité. C’est devenu un aspect fondamental et incontournable de l’économie, et c’est pour cela que les Etats se préoccupent d’indépendance stratégique à ce sujet. Finalement, le cloud, c’est le symbole qui manquait pour donner du sens à l’économie de l’immatériel …

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email