L’ »a-geek-culture » fleurit : les start-up misent sur le local et le bio share
back to to

L’"a-geek-culture" fleurit : les start-up misent sur le local et le bio

26 février 2015

Un panier de produits frais, cultivés localement et biologiques, qui vous attend devant votre porte : c’était rarissime il y a quelques années, cela devient normal aujourd’hui. Bonativo, une jeune start-up berlinoise, lutte ainsi contre la « malbouffe » en livrant des aliments sains et locaux aux Londoniens. Wired UK dresse le portrait de cette jeune pousse typique d’une tendance forte.

Les « a-geek-culteurs » arrivent ! Le Salon International de l’Agriculture le révèle, le monde agricole s’approprie progressivement le numérique et ses codes, en exploitant ses multiples possibilités.  Vaches connectées, salades high-tech, drones : l’agriculture n’a plus grand-chose à voir avec les images d’Epinal. Une tendance forte de ce secteur : chercher à rapprocher les consommateurs des exploitants et agriculteurs, en se passant des intermédiaires traditionnels – grande distribution, primeurs. En ligne de mire : la valorisation des « circuits courts », plus respectueux de l’environnement.

En France, les initiatives ne manquent pas pour démocratiser le « manger local » et sain : La Ruche qui dit Oui !, Le marché de Raymond, etc. Les start-up investissent en masse le secteur agricole pour mettre au menu des clients de nouvelles façons de consommer des produits frais. Une tendance manifestement porteuse : la production comme les ventes de produits bio ne cessent d’augmenter. 

Think global, eat local

Manifestement, les consommateurs sont en effet prêts à prendre le virage de la qualité et du local, comme le confie Christian Eggert, co-fondateur de la start-up Bonativo :

« A Londres de nombreuses start-up commencent à fournir des aliments sains et produits localement, ce qui prouve bien que de tels business models fonctionnent. Les consommateurs londoniens sont prêts. »

Peu importe la date du prochain marché près de chez vous ! Bonativo vend des produits locaux frais, qu’elle s’engage à livrer sous 48h maximum. Une offre typique de cette nouvelle tendance à privilégier la qualité et la proximité par rapport à la quantité.

Ces nouveaux modes de distribution désintermédiés sont facilités par le lien direct que le numérique permet de créer entre consommateurs et producteurs ; un lien qui s’affine grâce à la connaissance bien plus précise et régulière des demandes et besoins des clients que les producteurs acquièrent progressivement – en analysant les achats effectués sur les sites web.

Confiant dans le potentiel de développement de ce modèle, Christian Eggert et Bonativo comptent investir d’autres capitales européennes très prochainement. A suivre…

Pour plus d’informations, rendez-vous sur Wired UK

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email