La liberté des internautes régresse dans vingt pays share
back to to

La liberté des internautes régresse dans vingt pays

26 septembre 2012

Selon l’organisation Freedom House, la liberté des internautes reste précaire dans de nombreux pays et a même reculé dans une vingtaine d’entre eux l’an passé.

Cinquante chercheurs de Freedom House, une organisation américaine indépendante, qui étudie l’évolution des libertés dans le monde, ont suivi pendant un an la progression des droits des internautes dans 47 pays.

Les experts publient aujourd’hui un rapport, dans lequel ils évaluent trois grands critères, sous la forme d’un barème de cent points : les obstacles structurels et économiques, les restrictions de contenus et les violations des droits des utilisateurs. Les pays totalisant le plus de points étant considérés comme les moins libres.

Si la situation progresse dans 40% des cas, elle reste précaire dans la majorité des cas. 30% des pays marquent même un recul, par le renforcement des moyens de contrôle et de la répression.

> La Chine réussit à faire… pire qu’avant !

Le plus mauvais élève est sans surprise l’Iran, suivi de Cuba et de la Chine. Dix autres pays viennent s’associer à la catégorie « non libres » : l’Arabie Saoudite, le Bahrein, le Bélarus, la Birmanie, l’Ethiopie, l’Ouzbékistan, le Pakistan, la Syrie, la Thaïlande et le Vietnam.

La situation se dégrade dans vingt états. D’abord dans l’Empire du Milieu, où « les moyens de contrôle sont parmi les plus avancés » et où les arrestations et condamnations de blogueurs se comptent par dizaines.

Des violences à l’encontre des internautes sont également constatées au Bahrein, en Jordanie et en Ethiopie. En Egypte, le renversement du pouvoir n’a pas permis d’amélioration la matière, tandis que le Mexique a durci les contrôles dans le cadre de sa politique contre le crime organisé. Au Pakistan, les condamnations s’accentuent sous prétexte d’éviter « les messages blasphématoires ».

> L’Estonie remporte la palme de la liberté

Quatorze pays font le pari de davantage de liberté. C’est le cas en Tunisie et en Libye, suite au Printemps arabe, tout comme en Birmanie où la dictature militaire semble desserrer peu à peu son étau. Freedom House salue également une « plus grande diversité des contenus » au Kenya, en Géorgie et en Indonésie.

En tête du classement, devant les Etats-Unis et l’Allemagne nous trouvons… l’Estonie. Cette démocratie de l’Est de l’Europe vient ainsi conforter sa position de leader du numérique. La France ne faisait quant à elle pas partie des pays étudiés.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email