La mort du troll sera-t-elle pour 2015 ?

31 octobre 2014

Que serait Internet sans ses trolls ? Une étude du Pew Research Center s’est attachée à évaluer l’influence de ces harceleurs en ligne, qui sévissent depuis leur écran. De nouvelles lois et mesures pourraient mener à une évolution de leurs comportements, note un article de The Atlantic

Sur 2849 internautes sondés, un quart des femmes entre 18 et 24 ans déclarent avoir été harcelées sexuellement sur les réseaux ; 40% des interrogés auraient été victimes de harcèlement ; près de 75% d’entre eux estiment avoir été témoins d’une forme de harcèlement.

Spams, bannières publicitaires intempestives, commentaires vindicatifs… le harcèlement fait partie du paysage de la vie en ligne, probablement bien plus que dans la vie réelle. Il se tourne tout particulièrement vers les femmes et les jeunes, qu’il soit d’un degré moindre – interpellations personnelles, tentatives d’embarrasser – ou bien plus sévère, de la menace physique au « stalk » sur le long terme.

Sur Internet, semble se concrétiser un axiome attribué à Margaret Atwood, romancière et critique littéraire canadienne :

« Les hommes ont peur que les femmes se moquent d’eux. Les femmes ont peut qu’ils les tuent »

Si les algorithmes et les mesures légales semblent pour le moment insuffisantes pour mettre à mal de telles nuisances, Danielle Citron, professeur de droit à l’Université du Maryland, établit un parallèle intéressant avec les évolutions liées au harcèlement sexuel au travail. En 20 ans, ce comportement est passé de normal et socialement acceptable à répréhensible. Un changement qui a pris des années d’activisme, de mesures de jruisprudence avant de s’affirmer.

Internet, un éternel repaire de trolls ?

Plus d’informations avec l’article de The Atlantic

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email