La numérisation de « Madame Bovary » met Flaubert à nu share
back to to

La numérisation de "Madame Bovary" met Flaubert à nu

25 mars 2014

Cela aura pris 10 ans de travail à la bibliothèque municipale de Rouen, mais le résultat est désormais en ligne : l’ensemble des manuscrits du « Madame Bovary » de Flaubert scannés et numérisés. 4 500 pages de brouillons ont ainsi été passées à la loupe par des spécialistes et des ordinateurs : une aventure titanesque que nous rapporte Télérama dans un article publié le 20 mars.

Le site www.bovary.fr offre une double entrée : la version scannée du manuscrit et la transcription numérique qui intègre les corrections et annotations de l’auteur. On peut y découvrir tous les mécanismes rédactionnels de l’auteur, comme le travail laborieux de la relecture introduisant à chaque passage de nouvelles corrections de dernière minute. C’est toute la conception d’une œuvre qui nous est alors dévoilée : la navigation dans le site nous permet de circuler entre les lignes.

Pour réaliser ce projet, le challenge était de taille : classement de milliers de pages, décryptage page par page de l’écriture de Flaubert et numérisation. Pour l’accomplir, 130 bénévoles ont été recrutés entre 2003 et 2005 sur la seule étape de la transcription, sachant qu’il fallait compter pour chacune des pages au minimum une demi-journée d’étude. 

 « C’est comme un iceberg, on ne voit dans la version papier que 10 % de l’écriture », explique Yvan Leclerc, professeur de lettres à l’université de Rouen et l’un des fondateurs du projet.

C’est aussi une réelle ouverture pour les passionnés de linguistique et d’informatique qui aiment se plonger dans les champs lexicaux et les occurrences sémantiques. Une chercheuse associée à l’université de Rouen a ainsi répertorié et classé 1500 comparaisons imagées réalisées par Flaubert. 

Prochaine étape du projet : la numérisation complète de « Bouvard et Pécuchet », la dernière œuvre, inachevée, de Flaubert. Un travail de quatre ans, nous apprend Télérama. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email