La photo : le nouveau langage SMS ?

25 juin 2014

Instagram, Snapchat, Pinterest… les plateformes de partage de photos ont progressivement fait des clichés un véritable phénomène de société. Et pour cause, ce sont 1,4 milliard de photos qui sont prises chaque jour dans le monde. Autrefois collectionnés ou archivés, les clichés sont aujourd’hui l’oeuvre de pulsions : instantanés et en libre circulation sur Internet. Pour autant, la photo souvenir version papier fait de la résistance dans ce monde éphémère. C’est ce que nous rapporte la récente enquête OpinionWay de la société Avantquest consacrée à la photo et les jeunes de 14 à 18 ans.

La photo comme langage

Avec 9 adolescents sur 10 qui utilisent leur portable pour prendre des photos, le smartphone s’impose comme un outil très largement plébiscité par les jeunes. Selon, Ronan Chastellier, sociologue, ces photos prises sur le vif sont un véritable objet de communication qui leur permet souvent de remplacer les mots :

« La photo instaure une nouvelle forme de lien social. Chez certains jeunes, il n’y a que la photo pour maintenir une certaine communication sociale. Les images circulent dans une économie de langage et de mot. A l’extrême, c’est une pratique sans phrase et cela se substitue à la conversation.« 

L’enquête révèle ainsi que 40% des ados utilisent les photos pour partager leur vie quotidienne avec leur entourage : lieu de vacances, mode, fête ou encore états d’âme… Et c’est l’individu qui est avant tout mis en valeur : 53% des photos postées donnent à voir des amis et 37% le photographe entouré de ses amis.

Un objet de partage

L’échange massif de photographies s’inscrit aujourd’hui largement dans une culture du partage : 40% des 14-18 ans postent leurs clichés sur les réseaux sociaux, 40% les envoient par MMS et 31% par mail.

Si les selfies ne sont pas encore une tendance lourde chez les Français qui ne sont qu’à 22% à prendre se prendre en photo eux-mêmes, la donne est toute différente pour leurs adolescents qui sont 62% à s’adonner à cette pratique.

Autre fait notable, la photo intime gagne du terrain puisque 55% des 14-18 ans déclarent en prendre.

La photo souvenir résiste à l’instantanée 

Cette prolifération des clichés sur le Web ne sonne-t-elle pas par ailleurs le glas de la photo papier encadrée dans la chambre ? Il semblerait que non, au contraire. Elle confère désormais une nouvelle valeur à la photo qui dès lors devient « sacrée » pour des occasions très spéciales. La photo comme souvenir matériel n’aurait donc pas dit son dernier mot !

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email