La psychanalyse le prouve : les trolls sont de vrais sadiques share
back to to

La psychanalyse le prouve : les trolls sont de vrais sadiques

14 février 2014

Trolls d’Internet, nous vous avons souvent croisés, aujourd’hui nous vous avons compris. C’est en tout cas ce qu’affirment les psychologues canadiens Erin Buckels, Paul Tropnell et Debroy Paulhus dans l’étude « Trolls just want to have fun » : grâce à une psychanalyse de ces internautes bien particuliers, un modèle général se profilerait. Psychopathe, narcissique, machiavélique… ne resterait-il donc au troll aucune qualité ?

Une promenade dans les commentaires d’articles ou de vidéos populaires et ils sont là : les fameux perturbateurs du web, les empêcheurs de commenter en rond, les communément appelés « trolls » d’Internet. Leurs armes ? L’absurde, le sarcasme et le borderline. Leurs cibles ? Tout, tout le monde et n’importe quand. Mais pourquoi passer son temps à troller ? Pour le sociologue Antonio Casilli, les trolls contribueraient, volontairement ou non, à repenser l’espace public. Les auteurs de l’étude « Trolls just wanna have fun », leur attribuent quant à eux de moins nobles intentions…

En distribuant des questionnaires à des étudiants et à un échantillon représentatif de trolls, les scientifiques ont ainsi mis en évidence des associations avérées avec les profils psychologiques des sadiques : plaisir à voir souffrir autrui, absence de culpabilité, de remords ou tout simplement d’émotions… L’anonymat et le caractère désinhibant du monde virtuel ne seraient donc pas les causes d’un comportement également présent IRL.

Reste à savoir si les trolls n’ont pas trollé l’étude en la consultant  ici. 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email