La startup qui voulait imprimer Wikipédia

24 février 2014

1000 livres, 1 million de pages et 4 millions d’articles, c’est la taille du projet d’impression de PediaPress qui ambitionne de rendre tangible l’encyclopédie numérique et collaborative Wikipedia. Une initiative pantagruélique, voire utopique… et un challenge rapporté par PSFK

Mettre le savoir à la disposition de tous. Ce rêve n’est pas l’apanage d’Internet : il est aussi l’emblème du siècle des Lumières au travers de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Une entreprise colossale pour l’époque : rédigée en 21 ans, composée de 17 volumes de textes, 11 volumes de planches, 25.000 pages et 60.000 entrées. Grand ouvrage intellectuel, il était également le résultat d’un savoir-faire technique, celui de l’impression. Aujourd’hui, ce défi est relancé pour sa version contemporaine, et emblématique du « réseau des réseaux » : Wikipedia. La jeune startup PediaPress – spécialisée dans l’impression à la demande – souhaite en effet imprimer dans la totalité la version anglaise.

C’est au travers d’une campagne de crowdfunding sur la plateforme Indiegogo (présentée dans la vidéo ci-dessous) que les startupers ont lancé leur projet d’impression « Wikipedia Books », soit l’équivalent de 1000 livres (chacun comptant 1.200 pages), 1 million de pages et 4 millions d’articles. Si la levée de fonds aboutie, les livres seront présentés à la Wikimania Conference 2014 de Londres.
 

En attendant, l’idée est aussi de proposer son livre Wikipedia personnalisé : chacun pourra avoir sa propre version de Wikipedia, selon ses centres d’intérêts. 

Pour autant, vouloir embrasser les quelques 4 millions d’articles semble être une ambition quelque peu étrange. L’intérêt de Wikipedia vient aussi de la « mobilité » du texte et de son écriture. Toujours le fruit de remises à jour, pouvant être augmentés sans cesse, revus et corrigés, les articles de Wikipedia n’ont pas vocation à connaître un point final. Alors comment justifier ce tropisme pour le papier ? 

Notons que l’encyclopédie collaborative n’en est pas à sa première tentative pour exister hors ligne : le projet Afripédia de l’organisation de la Francophonie en propose déjà aux universités africaines une version hors connexion… accessible par clé USB. Ici l’enjeu est de répondre à un problème d’e-exclusion, une façon de poursuivre et de ne pas perdre de vue le combat de Wikipedia : rendre le savoir accessible à tous !

Pour en savoir plus sur ce projet de « Wikipédia papier », c’est ici dans PSFK.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email