La voiture objet de plus en plus connecté

12 février 2013

Après les téléphones et les tablettes, c’est aux voitures de devenir le nouvel « objet connecté répandu » comme nous l’explique Alex Hudson dans un article publié pour la BBC.

Et si la voiture se dotait à son tour d’applications ? D’un doigt sur le tableau de bord ou mieux encore grâce à la commande vocale, la voiture connectée pourrait vous trouver en un rien de temps une place de parking. 

C’est en tout cas la tendance qui semble séduire les constructeurs automobiles comme l’explique Jack Bergquist de la compagnie d’information IHS, cité par la BBC :

« Ford a déjà établi que ce système leur permettait de vendre plus de voitures. Près de 50% des consommateurs seraient prêts à choisir une voiture pour les services connectés qu’elle offrirait. »

Si l’utilisation des réseaux sociaux et de la radio en ligne font souvent figure d’exemples pour ces nouveaux services « d’infotainment » la voiture connectée offre de nombreuses autres possibilités : elle permet par exemple de savoir quel est le temps d’attente à chaque feu ou encore où trouver l’essence la moins chère dans les environs.

Selon Machina Research, en 2020, environ 20% de la valeur de ces voitures connectées pourra être attribuée à ces services.

Distraction et hacking

Mais avec un conducteur constamment sollicité, qu’en sera-t-il de la sécurité ? Selon le Conseil National de la Sécurité aux Etats-Unis, près d’un quart des accidents de voiture dans le pays sont causés par la distraction du portable au volant.

Pour autant, certains détecteurs intégrés aux nouvelles voitures pourraient prévenir les accidents et même alerter les secours en cas d’impact. Des détecteurs qui devraient d’ailleurs être présents dans toutes les voitures neuves d’ici 2015.

Mais les problèmes ne s’arrêtent pas là. Qu’en sera-t-il du hacking des véhicules connectés ? Même si les compagnies ont développé des systèmes de sécurité performants, certains tests ont déjà prouvé qu’il était possible d’ouvrir les portes et de démarrer un véhicule à distance en piratant la base de données d’un véhicule.

Des craintes qui forceraient les constructeurs automobiles à prévoir une nouvelle organisation propre aux voitures connectées en séparant d’un côté les services connectés et de l’autre les pièces essentielles au fonctionnement mécanique de la voiture. 

Pour lire l’article c’est par ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email