L’anonymat est l’avenir de l’homme numérique share
back to to

L'anonymat est l'avenir de l'homme numérique

28 février 2012

Oui, l’homme numérique va devoir se résoudre à admettre cette vérité. Et ça n’est pas seulement dans les pays où la liberté d’expression est en danger du fait des pressions d’un gouvernement ou d’un pouvoir quelconque.

Usurpation d’identité, « vol » d’identité, diffusion massive de données, mega bases, spam etc. … donnent lieu à quantité d’écrits, de dénonciations, de travaux parlementaires et parfois de lois. Pourtant, rien ne change. Pourquoi ? Parce que ces maux ne sont que les symptômes d’un mal plus profond.

Nos données à caractère personnel sont inexorablement sans contrôle possible sur les réseaux numériques. Cette situation s’explique par au moins deux raisons. D’une part, la philosophie des réseaux numériques et du web en tête, n’a pas été conçue avec l’objectif de traiter cette problématique, d’autre part, les enjeux marchands sont trop importants pour qu’il en soit autrement, les données à caractère personnel sont le pétrole du web.

Ce qu’on place dans le droit à l’anonymat, sera l’interdiction par principe et par défaut, de publier et diffuser sur les réseaux numériques tout élément susceptible d’identifier un individu. L’anonymat devient un droit. Deux exceptions seront admises. L’accord express de la personne concernée et en cas d’atteinte à l’ordre public ou aux droits de tiers. Dans ce dernier cas, c’est sous le contrôle d’un juge judiciaire que pourra être ordonné la divulgation enregistrée par les intermédiaires techniques, opérateurs (FAI) et hébergeurs, associées à la base de leurs abonnés ou clients.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email