Le code informatique doit assurer la défense de la privacy share
back to to

Le code informatique doit assurer la défense de la privacy

28 octobre 2011

Derrière l’idée de contrat de confiance, il y a l’idée que la loi a de plus en plus de mal à protéger les données personnelles. Il y a une telle inflation des données collectées que le droit court toujours derrière la réalité du monde informatique. Dans ces conditions, faisons confiance au contrat, en fonction de ce qu’il propose et le consommateur choisira.

La sociologie s’est depuis longtemps posée la question de la confiance et incontestablement ses concepts peuvent nous aider à y voir plus clair sur cette question. Le sociologue allemand Luhmann distingue deux types de confiance qu’en anglais on appelle confidence et trust. Dans la confidence, il y a l’idée que toute activité humaine est dangereuse, mais que si on veut vivre, on ne doit pas considérer que ce danger peut arriver, il faut faire avec. Dans d’autres situations, je suis face à un risque que je peux plus ou moins évaluer, j’attribue ma confiance (trust) à un interlocuteur plutôt qu’à un autre.

Revenons à l’internaute : il considère qu’il y a un danger pour ses données personnelles qui est inhérent au web, aussi il accorde sa confidence au site, et il est peu probable qu’il attribue sa confiance (trust) à un site plutôt qu’à un autre en fonction du contrat affiché. Dans ces conditions, il convient plutôt de réfléchir à d’autres hypothèses, si la loi a du mal à assurer la défense de la privacy, confions cette tâche au code informatique, développons la privacy by design, comme le propose le groupe des CNIL européennes.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email