Le crowdfunding au secours de la presse

15 septembre 2014

Les salariés du quotidien Nice Matin, actuellement placé en liquidation judiciaire, sont en quête de 20 millions d’euros pour sauver leur journal. Pour atteindre leur but, ils misent en partie sur le financement participatif en ligne. Explication dans Médias, le Magazine.

Nous vous en parlons régulièrement, la presse papier peine aujourd’hui à renouveler son modèle alors qu’Internet et le flux d’information qui l’accompagne se sont imposés comme la norme de consommation médiatique. Un phénomène qui a déjà fait de nombreuses victimes dans le monde : Newsweek (temporairement) aux Etats-Unis ou encore France Soir en France sont devenus des symboles de cette crise.

Mais le numérique, régulièrement accusé de tous les maux du secteur, montre également sa capacité à le soutenir. C’est le cas pour le quotidien Nice-Matin, 1200 salariés, placé en liquidation judiciaire, qui compte aujourd’hui sur le crowdfunding pour remonter la pente.

Afin de pouvoir racheter eux-mêmes leur journal, qui a perdu en 10 ans un quart de ses lecteurs, les salariés se sont entre autres lancés dans une campagne sur le site de financement participatif Ulule. Et l’objectif a d’ores et déjà été atteint en ligne puisque sur les 300 000 euros recherchés sur le Web, ce sont à ce jour plus de 330 000 euros qui ont été collectés. Interviewé par Médias, le Magazine, Damien Allemand, journaliste web dans le quotidien explique :

« Internet a cassé toutes les frontières et tout le monde a pu s’intéresser à ce qui nous arrivait. »

De quoi mettre du baume au cœur des salariés. Mais le combat n’est pas terminé pour les équipes du journal, alors pour rejoindre les centaines de contributeurs et soutenir le projet, c’est ici sur Ulule.

Pour en savoir plus, rendez-vous dans l’émission du 14 septembre de Médias, le Magazine (à partir de 27’50).

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email