Le Darkweb bientôt lumineux : le projet Memex share
back to to

Le Darkweb bientôt lumineux : le projet Memex

19 février 2015

La DARPA, branche de l’armée américaine spécialisée dans les réseaux, travaille sur un moteur de recherche capable d’explorer la totalité d’Internet. Le projet, baptisé Memex, serait même capable d’accéder au Darkweb : un outil puissant pour endiguer les trafics illicites qui fleurissent dans l’ombre.

« Internet est beaucoup, beaucoup plus grand que ce que les gens pensent », déclare Chris White, chef du projet Memex (contraction de « Memory » et « Index »). En effet : les moteurs de recherche classiques ne nous amèneraient qu’à 5 % du contenu existant sur le web. Testé depuis février 2014, Memex aurait, lui, déjà réussi à accéder à toute la face cachée du web, deep comme dark. Pour le meilleur ?

Le deepweb, ce sont tous les contenus qui ne sont pas indexés par les moteurs de recherche, cette indexation auprès du grand public se faisant à travers des algorithmes liés au classement des sites et au câblage publicitaire. Ainsi, une page appartenant au deepweb (pages web isolées, sites protégés par authentification, pages 100 % dynamiques dont le contenu change régulièrement…) est inaccessible à quiconque ne connaîtrait pas son adresse précise. C’est cette immense face cachée de l’iceberg du web que Memex entend ramener à la surface.

De l’ombre à la lumière

Mais ce n’est pas tout : Memex fait aussi la lumière sur le darkweb, cette partie du réseau  particulièrement difficile d’accès car chaque connexion s’y veut indirecte, utilisant de nombreux noeuds. Sur le darkweb, et notamment ses réseaux sociaux, les adresses IP des ordinateurs émetteurs sont cryptées par des logiciels dédiés (Tor), lesquels sont également les seules portes d’entrées vers de nombreux sites. Sur ce territoire-là, l’ambition de Memex, fruit d’un travail de plus d’un an et mobilisant 17 équipes d’ingénieurs, est de bâtir une meilleure cartographie des contenus web. En un an, Memex a déjà permis de cerner avec beaucoup plus de précision l’ampleur du darkweb : alors qu’on estimait à un millier le nombre de sites cachés utilisant le navigateur Tor, son travail de cartographie en a déjà relevé…40 000.

Cet outil extrêmement puissant doit aider les autorités judiciaires dans leur traque des activités illégales qui prolifèrent sur le Darkweb, telle la plateforme Silk Road spécialisée dans la vente de drogue en ligne dont le fondateur a été condamné par la justice le 6 février dernier. Mais, capable de récupérer l’adresse IP, les numéros de téléphone, les adresses postales, et de géolocaliser un téléphone portable ou un ordinateur, Memex peut aussi représenter un formidable outil de surveillance.

Pour en savoir plus, c’est par ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email