Bientôt un disque dur moléculaire ?

11 juillet 2012

Exit, les vieux supports de stockage des données numériques, qui nécessitaient trois millions d’atomes pour accueillir chaque unité (bit) d’information. Repérés par Gizmodo, des chercheurs du Karlsruhe Institute of Technology proposent un nouveau principe : 1 bit = 1 molécule. Car en introduisant un atome de fer aimanté dans une molécule organique composée de 51 atomes, ces scientifiques sont parvenus à créer la première molécule capable de stocker 1 bit d’information.

Qu’est-ce que cela change ? A priori, une miniaturisation de nos cartes mémoire est à prévoir. Ou bien, au choix, une augmentation exponentielle de leurs capacités de stockage – car dans une surface équivalente, on pourra loger 50 000 fois plus d’informations.

Une révolution ? Peut-être – mais pas pour tout de suite. Car créer un lecteur capable de communiquer indépendamment avec chacune des molécules qui composera un tel disque dur relève du casse-tête : le dispositif nécessitera un circuit tellement fin que, même en utilisant des nano-fils, on aura bien du mal à concrétiser la chose à hauteur de cette promesse théorique.

Qu’importe : les chercheurs, qui ont publié leurs résultats dans la revue Nature, l’assurent : avec leur invention, la clé USB à pétaoctets n’est sans doute plus très loin.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email