« Le jeu vidéo est la clef de l’économie numérique et de son avenir » share
back to to

« Le jeu vidéo est la clef de l'économie numérique et de son avenir »

18 décembre 2012

Le jeu vidéo s’affirme une nouvelle fois comme un secteur économique de poids en France, c’est ce que rappelle le livre blanc 2012 du jeu vidéo mis en ligne par le Syndicat National du Jeu Vidéo (SNJV). 

Bien que le secteur connaisse de fortes mutations depuis l’arrivée des tablettes et des smartphones, « le jeu vidéo est clef dans l’économie numérique et pour son avenir » affirme Nicolas Gaume, président du SNJV. Selon lui, le jeu vidéo s’impose comme un atout majeur de la France qui possède de nombreux talents et entrepreneurs dans le domaine.

> Un secteur qui se porte bien

C’est un constat, l’industrie du jeu vidéo se porte bien. Le SNJV indique ainsi que le secteur « devrait générer en 2012 environ 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France. »

Mais les mutations sont fortes pour le premier bien culturel de France qui doit s’adapter à un nouveau public et à de nouveaux usages.

En effet, les femmes plébiscitent aujourd’hui les jeux vidéo et représentent près de 50% des joueurs. Le secteur voit aussi les pratiques se dématérialiser : 15% des joueurs français jouent sur tablettes et 42% sur téléphones mobiles

> La France, « terre de production et d’édition »

L’Hexagone possède un tissu industriel particulièrement dynamique dans le domaine : 32% des entreprises créées ont moins de deux ans d’ancienneté. 

Mais également stable : 27% des sociétés ont plus de dix d’ancienneté. Autre fait intéressant : la fragmentation géographique du marché, qui compte des entreprises partout en France. 

Et leur positionnement est international :

« L’international est un marché naturel et obligatoire puisque la France ne représente que 5 à 7% du marché mondial et que les entreprises destinent plus de 80% de leurs créations à l’export. »

> Vers une société gamifiée ?

Mais les jeux vidéo révèlent aussi leur potentiel en matière d’apprentissage depuis plusieurs années. La « gamification » ou « l’utilisation des techniques et technologies du jeu vidéo dans des activités traditionnelles » transcende désormais de nombreux secteurs.

Ainsi, les observateurs interrogés pour réaliser le livre blanc considèrent que 50% des entreprises utiliseront la « gamificiation » d’ici à 2015.

Et cette pratique est également de plus en plus sociale et familiale : 44% des parents jouent avec leurs enfants selon une étude Ipsos, 54,3% des joueurs jouent en famille et 60,7% des joueurs jouent avec leurs amis.

> Quelles tendances pour la suite ?

Forcé de s’adapter aux nouvelles technologies, notamment les jeux par navigateurs, les jeux sur mobiles et tablettes ou encore le streaming, et aux nouveaux modèles économiques, paiement à l’acte ou encore financement participatif, le secteur vit une révolution.

Même si les consoles génèrent encore plus de 50% des revenus du secteur, le marché physique recule de manière substantielle depuis 2006. Les consoles font une place de plus en plus importante au cloud gaming et aux services dématérialisés, ce qui devrait permettre de compenser largement cette baisse.

Le jeu vidéo demeure l’une des rares industries culturelles en bonne santé avec 4 à 7% de croissance par an. Le vidéoludique générerait même à l’échelle internationale environ 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Et l’engouement pour les plateformes mobiles impose un changement majeur aux entreprises si elles veulent être rentables : 

« Le prix de vente très faible de ces jeux ne permet pas, sauf rare exception, de créer une rentabilité sur une seule production. Les sociétés doivent donc s’engager dans un processus de production de catalogue ce qui nécessité de gros moyens financiers. »

En effet, le paiement à l’acte s’impose progressivement comme le nouveau modèle économique, quel que soit le type de jeu et le mode de distribution.

De même, les sources de financement de la production semblent changer, avec une part grandissante de financements participatifs accompagnant des artistes du jeu vidéo. De quoi conforter le secteur dans la recherche d’un nouveau modèle économique.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email