Le livre numérique, c’est pour tout de suite ! share
back to to

Le livre numérique, c’est pour tout de suite !

28 octobre 2011

Partout, le marché du livre numérique décolle. Mais il présente des situations contrastées : les Etats-Unis sont le premier marché au monde avec des ventes d’e-books atteignant 594 millions d’euros en 2010, devant le Japon, marché pionnier, avec 527 millions d’euros. L’Europe demeure modeste face à ces géants mais enregistre de fortes croissances (autour de 80 %). La migration numérique concerne tous les genres littéraires, certains basculant plus rapidement (littérature sentimentale, science-fiction, fantasy, polar) et se déploie sur une multitude de terminaux (e-readers, PC, téléphones mobiles, tablettes, baladeurs …).

 
En France, le marché du livre électronique reste à bâtir, même s’il est prometteur. Premier obstacle : la faiblesse du parc de readers que l’on peut estimer autour de 25 000 appareils, contre presque deux millions aux Etats-Unis. La France souffre en outre de l’absence d’un “reader star” comme le Kindle qui a réussi, aux Etats-Unis, à attirer l’attention des médias. Second obstacle : le prix des ebooks, encore trop élevé. Il est difficile de convaincre le consommateur d’acheter un livre numérique à un prix plus proche du livre papier que de celui d’autres produits culturels en ligne (musique et vidéo). Or les prix restent fixés par la loi Lang. Enfin, le problème de l’existence de DRM : comment s’assurer qu’un fichier ePub protégés par des DRM Adobe sera lisible dans quelques années ? 
 
Le développement du marché légal du livre numérique va déprendre de la capacité à numériser rapidement l’ensemble du catalogue – pour éviter de voir le consommateur se rabattre sur les échanges gratuits – et de l’aptitude à offrir une excellente première expérience utilisateur. La transition numérique pourrait ainsi dynamiser le marché, en compensant le déclin du livre imprimé, voire en le dépassant. L’avenir se jouera finalement sur le degré de conversion au numérique des lecteurs occasionnels (la majorité du marché en volume), et sur l’impact du livre enrichi, susceptible d’attirer un public non lecteur de livres traditionnels.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email