Le numérique pour des pédagogies différenciées, adaptées à chacun share
back to to

Le numérique pour des pédagogies différenciées, adaptées à chacun

16 décembre 2014

Plus de 500 ans après l’invention de l’imprimerie et plus d’un siècle après l’école de Jules Ferry, le numérique est une avancée pédagogique considérable. Son premier mérite est de rendre la connaissance accessible à tous et en tous lieux.

Ce mouvement est catalysé par le fait que le numérique, dans l’éducation comme dans beaucoup d’autres secteurs, replace l’utilisateur au centre du processus de création. Les modèles éditoriaux verticaux doivent être repensés et le professeur remis au centre du jeu.

Le savoir étant désormais accessible à tout un chacun, l’enjeu n’est plus de le dispenser (modèle magistral prussien du 19e siècle) mais d’accompagner l’apprenant en tant qu’individu, ayant ses forces, ses faiblesses, ses modes d’apprentissage privilégiés, et de l’aider à réemployer cette connaissance de façon critique et nuancée pour résoudre des problèmes, déduire, construire. Le professeur est mille fois plus utile ici que dans une postule magistrale. Le numérique est là pour lui servir de « bras droit » dans ce nouveau rôle.

Certains élèves ont des facilités : pour ceux-là, le bras droit se charge de dispenser les bases du chapitre grâce à des vidéos et des exercices de mise en pratique auto-corrigés. Le professeur peut se concentrer sur les approfondissements, les tâches complexes. D’autres élèves ont des difficultés : pour eux, le bras droit se charge de travailler la répétition, la variété des modes d’acquisition (son, image, texte), la pratique à grande échelle via des exercices automatiques. Le professeur peut donc consacrer un maximum de temps à chaque élève pour lever les blocages plus profonds.

C’est ce mouvement historique que Lelivrescolaire.fr accompagne en publiant gratuitement ses manuels scolaires collaboratifs et open source sur Internet, coécrits de façon collaborative par 1000 professeurs. En étant conçus avec et au service des professeurs, tous ces outils, contenus, ressources et algorithmes sont donc au service des élèves.

 

Profondément convaincus des apports pédagogiques du numérique, nous n’y voyons pas pour autant une solution miracle à tous les maux dont souffre notre système éducatif. Les tablettes du plan e-education doivent être vues comme une brique, non comme un édifice. La formation des enseignants, les infrastructures et les pratiques qui en découleront sont au tout aussi importantes, car la mutation pédagogique est profonde.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email