Le signe d’une évolution profonde de notre société share
back to to

Le signe d'une évolution profonde de notre société

28 octobre 2011

C’est pour des raisons culturelles que notre modèle occidental a inconsciemment valorisé la méthode pédagogique comme première forme d’apprentissage. Celle-ci peut être décrite en trois mots comme une relation patriarcale, rationnelle et individualisante. Elle entre directement en écho avec les structures de la société qui la porte: distinction du sachant et de l’apprenant, rapport asymétrique entre les deux positions, relation d’autorité de l’un et de subordination de l’autre, présupposé que l’apprenant arrive vierge de tout savoir.

Or, notre société est en pleine mutation. On ne compte plus les situations d’apprentissage qui rencontrent des difficultés, notamment sur les présupposés de l’enseignement et de la formation : acceptation et légitimité du sachant, accord sur le lien de hiérarchie, rationalisation des méthodes, individualisation des tâches et des évaluations…

Pourtant d’autres espaces d’interactions sociales, tels le jeu, permettent de faciliter la (re)construction du lien de confiance, particulièrement dans les environnements interculturels ou intergénérationnels. L’expérience ludique constitue un espace à part, dans lequel les relations sociales sont facilitées. Des ressources comme l’affect, l’intuition sont légitimes. Le jeu est également le lieu de l’expérimentation et de la pratique du risque, et se fonde sur l’échange entre les personnes, et la circulation du leadership. Enfin, le ludique permet de dédramatiser les enjeux que l’espace professionnel fait peser sur les individus.
 

L’émergence du jeu comme forme appropriée de transmission de compétence et de connaissance est donc un signe de l’évolution profonde de notre société. Et nous ferait penser qu’on a vraisemblablement l’apprentissage qu’on mérite.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email