Le superordinateur qui prédit l'avenir

12 septembre 2011

Nautilus épate ses créateurs et une partie des médias. Nautilus est un ordinateur. Un « superordinateur » même, si l’on en juge par les 1024 puces Intel Nehalem qui lui permettent de calculer des milliards d’opérations par secondes. Surtout, Nautilus serait capable de prédire l’avenir.

 

Selon ses créateurs, il aurait prévu le « Printemps arabe » et les contestations qui ont fait rage en Egypte, en Tunisie ou encore en Libye. Comment ? En se basant sur des articles de presse. Son créateur Kalev Leetaru, de l’Institut informatique dédié aux sciences humaines, sociales et artistiques de l’université de l’Illinois, a « nourri » l’ordinateur avec 100 millions articles de presse issus du New York Times, de l’Open source center du gouvernement américain et de la BBC. Des archives qui remontent, pour certaines (celles du NYT) jusqu’en 1945.

 

L’ordinateur a ensuite analysé le ton des articles, en cherchant notamment des mots comme « horrible » ou « terrible », et les zones géographiques qui y étaient associées. Le résultat donne un mapping des points de tension, où les révolutions ont effectivement éclaté.  

 

« Si on regarde la courbe du ton employé dans les articles (au sujet de l’Egypte), elle nous indique que le monde s’est retourné si vite et si fermement contre lui (Hosni Moubarak) qu’il n’avait aucune chance de rester au pouvoir », explique Kalev Leetaru.

 

Son superordinateur n’en est qu’au stade de l’analyse rétroactive mais pourrait prochainement passer à l’analyse en temps réel, sur le modèle des algorithmes de prévisions économiques.

 

(Visuel: Cellblock C19 and C20 par Arne Kuilman, Flicker, licence CC)

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email