L’école peut proposer d’autres modèles de réussite share
back to to

L'école peut proposer d'autres modèles de réussite

6 novembre 2012

L’injonction d’innovation en éducation est un phénomène récurrent. Et pourtant il s’agit d’un paradoxe dans un système éducatif centralisé. Si par le passé des innovateurs ont du quitter le système pour continuer d’innover, l’éducation nationale a depuis changé son discours allant même jusqu’à instaurer une dynamique officielle, reprenant même celle lancée par les enseignants eux-mêmes au forum des enseignants innovants.

Si pour les enseignants cet appel à l’innovation s’est progressivement institué, il ne s’est traduit, pour les élèves, qu’aux marges de leur activité au quotidien (engagement et initiative dans la note de vie scolaire). Le métier d’élève reste très traditionnel : réussite individuelle, examens et évaluations rythmées par des conseils de classe, vie quotidienne découpée en tranches disciplinaires, etc…  Quant au numérique, il n’a été la source de changements qu’en bordure de l’institution, parfois en lien avec des modes technologiques passagères. C’est en dehors de l’école que les jeunes ont « inventé » ce qui sera la dynamique de demain, car ils savent qu’il n’y a presque plus d’espaces pour cela dans l’école d’aujourd’hui, école de la seule performance scolaire.

Jadis certaines congrégations religieuses permettaient, dans l’établissement, de développer des activité innovantes. Parce que le temps scolaire et la conception éducative le permettaient, l’initiative était encouragée et l’innovation possible…

D’un échec scolaire à une réussite éducative, il n’y a qu’un pas à faire, à condition de ne pas limiter la réussite scolaire à la réussite aux évaluations scolaires….

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email