L’émergence des théories du complot sur Facebook : un mécanisme paradoxal share
back to to

L'émergence des théories du complot sur Facebook : un mécanisme paradoxal

18 mars 2014

Si vous êtes convaincus que l’homme sur la lune est l’un des plus grands complots de l’histoire, des scientifiques peuvent peut-être vous expliquer pourquoi, rapporte la MIT Technological Review.

Les amateurs de fausses rumeurs sont en fait ceux… qui cherchent le plus la vérité. C’est l’un des intéressants paradoxes révélé par des chercheurs de la Northeastern University de Boston grâce à une fouille de données (ou data mining) des pages Facebook des journaux italiens. Dans un pays où les médias généralistes sont particulièrement liés au pouvoir, les chercheurs prouvent que certains internautes préfèrent accorder leur confiance aux commentaires des médias alternatifs ou satiriques plutôt qu’aux sources d’informations conventionnelles.

En 2013, une fausse rumeur s’était ainsi propagée depuis une page Facebook connue pour ses critiques politiques. En analysant les profils publics des personnes l’ayant relayée, les chercheurs ont démontré qu’elle trouvait un écho particulièrement favorable… chez les internautes engagés sur les médias alternatifs.

Faut-il en venir à la conclusion que c’est en voulant échapper à la rumeur qu’elle nous rattrape ? 

Pour lire l’intégralité de l’article, c’est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email