Les années passent, les calculatrices restent share
back to to

Les années passent, les calculatrices restent

26 août 2011
Rien ne se périme aussi vite que les matériels électroniques. Ce postulat de la loi de Moore, selon laquelle les capacités des composants informatiques doublent chaque année, veut que les ordinateurs et autres lecteurs de musique soient automatiquement dépassés par les produits de nouvelle génération.
 

Un coup d’œil en arrière suffira à vous convaincre. Prenez votre lecteur MP3 par exemple. En 1989, le summum était de posséder un baladeur autoreverse. Dix ans plus tard, le CD a enterré les cassettes et les lecteurs se sont adaptés avant de connaître une nouvelle mutation avec l’arrivée de la musique digitale. Désormais, les lecteurs de musique se font compacts et design. On pourrait faire la même démonstration ou presque avec les ordinateurs et les consoles de jeu.

 

Il existe pourtant une catégorie de matériel électronique qui semble échapper à ce jeunisme : celle des calculatrices graphiques. Un journaliste de The Atlantic s’est amusé à lister les calculatrices les plus vendues actuellement. Surprise : la TI-83 Plus occupe la première position de son classement. Pas mal pour une calculatrice commercialisée en 1999.

 

A quoi est-ce dû ? Le journaliste avance trois explications possibles.

 

La première est que les cours de maths de 2011 sont sensiblement les mêmes que ceux dispensés en 1999. Il n’y a donc aucune raison de changer de calculatrice si les anciennes font encore bien leur job. En outre, les professeurs sont prescripteurs en la matière puisque ce sont eux qui dressent les listes de fournitures scolaires.

 

« Plus ils ont d’élèves qui utilisent le même outil, plus il leur est facile de faire cours », pointe le journaliste.

 

Enfin, la troisième explication est que la calculatrice est un produit standardisé. Les fabricants ne sont autorisés à vendre que des calculatrices d’un certain niveau et d’un certain design.

« Si elles deviennent trop puissantes ou trop complexes à regarder, elles peuvent être interdites, ce qui est un frein pour les ventes », précise Alexis Madrigal qui cite l’exemple de calculatrices horizontales ayant été interdites sur le marché.

 

La dernière innovation technologique remonte à 1998. « Les calculatrices graphiques ont atteint un plafond technologique à la fin des années 1990 », note Alexis Madrigal. « Depuis, les plus gros changements n’ont concerné que le look et l’interface », souligne-t-il plus loin. Stagnation technologique ? Pas nécessairement, argue le journaliste :

« Certaines technologies n’évoluent pas aussi rapidement que d’autres parce que nous n’avons tout simplement pas besoin qu’elles le fassent. »

(Visuel: Numbers par c a r a m e l, Flickr, licence CC)

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email