Les applis sociales sur mobile vont-elles détrôner Facebook ? share
back to to

Les applis sociales sur mobile vont-elles détrôner Facebook ?

28 avril 2014

Les grands réseaux sociaux vont laisser la place à de petits réseaux communautaires, nichés dans l’intimité de nos smartphones : c’est ce que prédit le journaliste Matthew Brian Beck sur ReadWrite

Réunir tous nos réseaux d’amis sur une seule et même plateforme, avoir des notifications tous les jours, obtenir un flux continu d’informations et de recommandations et enfin converser avec un grand nombre de personnes, ce sont les promesses des grands réseaux sociaux (à l’image de Facebook). Résultat : des réseaux peu lisibles, difficiles à gérer face à la saturation des messages et sentiment d’un manque de sens dans nos échanges. 

Cette première génération aura été celle du networking (du réseautage) et de l’info-obésité. Avec l’arrivée des applications mobiles sur les smartphones, le grand ménage serait en train d’arriver. Dans la deuxième génération de réseaux sociaux qui arrive, les internautes vont privilégier de multiples plateformes sélectives et privées, prédit Matthew Beck. Chaque plateforme aura son réseau d’amis, sa fonction et proposera une ergonomie simple pour une meilleure réactivité.

Deux facteurs lui permettent d’avancer cette hypothèse : le développement de l’approche du design pour mobile (le « mobile-first design »). Il oblige à simplifier l’ergonomie des plateformes et donc aussi a développer des offres plus sélectives. L’émergence des réseaux sociaux à usage unique (comme SnapChat, Foursquare, Instagram), en serait un autre. Il montre en effet que les applications de niche ont de plus en plus la côte auprès des mobinautes. 

En matière de réseaux sociaux, les petites relations (ou « small data ») auront ainsi plus d’importance que les big data. « Chaque plate-forme sera socialisée, mais chaque base d’utilisateurs sera jugée sur la qualité, pas le nombre », précise Matthew Brian Beck.

Les médias et les contenus seront, ensuite, moins fragmentés et moins centralisés. Les flux d’informations seront répartis en fonction des différentes « tribus », ce qui permettra une gestion de nos communautés beaucoup plus fine et simple.

Pour en savoir, c’est ici avec l’article de Matthew Brian Beck. 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email