Les câbles sous-marins : la partie immergée d’Internet share
back to to

Les câbles sous-marins : la partie immergée d’Internet

16 mars 2015

Internet c’est l’invisible, la dématérialisation par excellence. Et pourtant, le World Wide Web ne serait rien sans ses tubes, câbles, routeurs et serveurs. Pour nous faire prendre conscience de toute cette infrastructure invisible, Telegeography a réalisé une cartographie de ces 299 câbles sous-marins qui assurent quotidiennement notre connexion Internet. Une initiative relayée par Vox.

Plus rapides et fiables que les satellites, les câbles sous-marins transmettent à eux seuls 99% des données internationales. Véritables enjeux stratégiques, ils sont la cible d’investissements massifs. Une source d’inspiration pour Telegeography qui s’est lancé dans la cartographie de ces 299 câbles, en différenciant l’existant des liaisons sous-marines dont la réalisation imminente est prévue.

La carte en question met en évidence la rareté des câbles de connexion entre certaines zones géographiques du monde. Pour assurer la liaison entre l’Amérique du Sud et le continent africain par exemple : un seul câble apparaît sur la carte. L’Antarctique, quant à lui, assure sa connexion Internet via satellite et n’est pas relié aux autres continents par voie sous-marine.

Cette initiative cartographique rappelle le long parcours d’Andrew Blum, relayé dans son ouvrage « Tubes, journey to te center of the Internet » (Tubes, voyage au cœur d’Internet – 2012). Après avoir vu sa connexion coupée à cause d’un écureuil, le journaliste anglo-saxon avait entrepris d’aller à la rencontre de ces câbles sous-marins, data-centers et autres éléments matériels actuellement parties intégrantes du web.

 

Plus d’informations avec l’article de Vox et la carte de Telegeography.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email