Les candidats, le Super Tuesday et Facebook

14 mars 2012

Dans un article publié sur TechCrunch le 11 mars dernier, Roger Kartz, fondateur de Friend2friend, firme spécialisée dans les réseaux sociaux, revient sur leur impact dans les résultats du Super Tuesday. Cette élection est déterminante pour la nomination des candidats à la présidentielle américaine dans les principaux partis. Le point sur l’utilisation de Facebook par les candidats.

> Les politiques de 2012 sont-ils des leaders sociaux ?

La capacité d’inspiration et de soutien de leurs fans et supporters peut avoir une influence remarquable. Une donnée bien connue par les experts marketing, mais aussi par les politiques.

« Mais une fois que les supporter ont manifesté leur soutien, sont-ils encouragés à partager leur choix avec leurs amis ? Est-ce que ce partage est facilité ? »

Roger Kartz s’est employé à vérifier la mise en application de ces questions sur le réseau social de Mark Zuckerberg. Zoom sur les campagnes des deux principaux candidats à la présidentielle américaine.

> Obama VS Romney : 25,4 millions de fans contre seulement 1,4 million

La campagne récente d’Obama « Are you in ? » (en français « Vous êtes partants ? »), s’est appuyé sur la gamification. Le principe ? L’application Facebook demandait aux fans de partager leur choix de soutien avec leur réseau, et à inviter leurs amis à les rejoindre. En échange les fans étaient informés du nombre de personnes qu’ils avaient inspiré.

« La campagne était simple. Elle n’obligeait pas les fans à faire autre chose que ce qu’ils font déjà sur Facebook : partager et aimer des contenus. Une expérience compréhensible, professionnelle, avec beaucoup de contenus à partager », conclue Roger Kartz

La principale application de Mitt Romney, « Stand with Mitt » (en français « soutenez Mitt ») met vraiment les fans à contribution. Et cela prend du temps de réaliser toutes les actions. Les fans doivent notamment imprimer un PDF, le remplir, le prendre en photo et l’envoyer à l’équipe de campagne de Romney. Et ensuite, la photo pourra éventuellement figurer dans une galerie de photos sur Facebook.

« L’application présente de réelles contraintes pour participer. Et même si les photos sont amusantes et engageantes, l’équipe de campagne aurait dû alléger le procesus », explique Roger Kartz

> En novembre, le gagnant restera simple mais efficace

Les campagnes les plus efficaces sont basées sur des interactions simples, amusantes et gratifiantes. Elles présentent un minimum de possibilités entre la lecture et le partage.

« Il faut respecter le contexte des médias sociaux et ne pas renvoyer les internautes vers le site : les médias sociaux présentent un potentiel important pour engager les fans là où ils sont », souligne Roger Kartz

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email