Les données, nouveau guide pour l’action publique ? share
back to to

Les données, nouveau guide pour l'action publique ?

3 août 2012

Les données sont là, plus disponibles que jamais : il faut que nos responsables politiques s’en emparent, et vite. Voilà qui résume en substance le point de vue de Derrick Harris, journaliste ès nouvelles technologies pour le blog GigaOM. Pour lui, la manipulation des données, désormais présentes en masse partout sur la Toile, ouvre la voie à bien des solutions.

Il en veut pour preuve une étude récente sur le virus du Sida menée à la Brown University. Après avoir croisés un nombre important de données, les chercheurs ont essayé de dessiner le meilleur scénario préventif pour faire chuter le taux de contamination des drogués à 0.8 pour 1000, contre près du triple si rien ne change d’ici 2040.

Au-delà des nombreux exemples, la (relative) simplicité qu’il y aurait à manipuler ces données rend, selon lui, impardonnable le désintérêt des politiciens qui ne creuseraient pas cette voie.

« De mon canapé et entouré de gamins, j’ai réussi à établir un modèle prédictif qui établit une corrélation entre homicides et utilisation d’armes à feu, grâce à un outil intitulé BigML et des données prises sur le site du Guardian », se réjouit le journaliste.

« Les élus un peu trop fainéants n’ont même pas besoin de ‘salir’ leurs mains dans des jeux de données brutes : des journalistes ou des technocrates le font déjà pour eux », continue-t-il.

Alors, « vu l’état du monde », il faut laisser une chance aux données pour résoudre des crises complexes, propose Derrick Harris.

Certes, il semble oublier dans son analyse que l’action politique rencontrera toujours des obstacles que même la plus fine analyse de modèles complexes ne saurait prévoir. Ce sont des impondérables. Mais il est vrai que face à un avenir très imprévisible, autant essayer de suivre le bon phare.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email