Les entreprises françaises boudent le Big Data share
back to to

Les entreprises françaises boudent le Big Data

20 novembre 2014

Nouvelle matière première de l’économie numérique, le « Big Data » pourrait révolutionner le travail des organisations. Les méthodes qu’il implique peinent néanmoins à s’imposer au sein des entreprises françaises, accusées d’un retard en la matière par un tout récent rapport du cabinet de conseil EY. Explications avec Le Figaro

Récemment pointées du doigt pour leur retard dans la transition numérique par un rapport du cabinet de conseil Roland Berger, les entreprises françaises tardent également à s’adonner à la collecte et l’analyse de données à très grande échelle. C’est en tout cas le constat d’une étude EY parue le 19 novembre. Le Big Data, dont on ne cesse de vanter les mérites au sein des organisations, est ainsi perçu par les entreprises comme un concept « intéressant mais trop vague pour constituer un levier de croissance ».

La complexité des méthodes liées au Big Data, un facteur de découragement

43% des entreprises françaises avouent s’être penchées sur le sujet, mais ne pas avoir encore pris de mesures en faveur de nouvelles méthodes de collecte et d’analyse des données, dont la complexité décourage. 84% d’entre elles préfèrent ainsi les « traditionnels systèmes de facturation » aux « canaux numériques et mobiles » pour collecter leurs données, et seulement 30% déclarent avoir recruté des profils spécifiques, exclusivement dédiés au traitement et à la gestion de la data. Le règne des data scientists est encore bien loin.

Exception à la règle, les secteurs de la grande distribution, des télécoms, médias et technologies font figure de pionniers en matière d’intégration du Big Data dans leurs process et sont, à ce jour, les « plus matures en termes de l’exploitation des données clients en France ».

Retrouvez l’article du Figaro

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email