Les familles plébiscitent des réseaux sociaux plus intimes share
back to to

Les familles plébiscitent des réseaux sociaux plus intimes

15 janvier 2013

Surfant sur la difficulté de s’adresser d’une même voix à plusieurs centaines d’ « amis » différents, des médias sociaux réservés à l’une ou l’autre des « facettes » de nos vies se créent une place dans le paysage du web social. Après l’installation des réseaux sociaux professionnels et l’apparition de réseaux sociaux éducatifs, ceux réservés à la famille explosent, relève Mashable.

Depuis le jour où votre grand-mère et votre patron, comme s’ils s’étaient donnés le mot, vous ont demandé comme « amis » sur Facebook – « Comment leur refuser ça ? » – vous n’osez plus rien publier sur le réseau, et vous vivez dans la peur qu’un de vos amis ne publie les photos de cette dernière soirée si… oubliable. Ou alors, vous êtes un(e) malin(e) : vous leur avez tellement barricadé l’accès à toutes vos infos qu’ils ne tireront pas le moindre plaisir du privilège de compter parmi vos « friends ».

Et s’il y avait une autre solution ? Exploitant ce dilemme, des sites comme Family Leaf, MyFamily.com, Rootsy, ou Origami connaissent outre-atlantique un véritable succès. Et pour cause : ils récupèrent tous les déçus des grands réseaux sociaux, qui veulent (aussi) une expérience de partage en ligne plus intime. 

« Le type de contenu que les utilisateurs partagent sur les deux services est tout simplement différent, explique Ajay Mehta, le co-fondateur de Family Leaf. Ce qu’ils aiment chez nous, c’est que nous rassemblons tous leurs souvenirs, albums photos et conversations qui sont destinés à rester dans la famille »

Ces réseaux plus personnels accompagnent volontiers les (belles) histoires de famille, comme ce couple de Brésiliens qui ont partagé avec leurs proches tous leurs efforts pour avoir un enfant, et qui ont poursuivi l’expérience avec les photos du bambin, une fois qu’ils l’ont eu :

« Nous apprécions que le site soit privé, car nous pouvons partager ce que nous voulons, sans craindre d’être jugés ni vus au-delà du cercle familial ».

Cette discrétion serait aussi un bon moyen de lutter contre l’oversharing (partage abusif, en anglais), et vous éviterait peut-être un cambriolage le jour où votre profil – qui mentionne votre adresse – affiche une superbe photo de vous dévalant les pentes de l’Alpe d’Huez. 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email