Les humains face aux robots (vraiment) intelligents share
back to to

Les humains face aux robots (vraiment) intelligents

17 février 2015

L’intelligence artificielle va-t-elle de pair avec robots intelligents ? Sont-ils trop envahissants ou leur existence, à des postes où on ne les attendait pas, est-elle un atout pour nos sociétés ? Leur présence accrue soulève de nombreuses interrogations, notamment quant à l’avenir du marché de l’emploi, comme le souligne un article publié dans The Guardian qui dresse un état des lieux des controverses actuelles.

Comme nous le rapportions il y a quelques mois, il pourrait arriver que nous ayons bientôt des robots pour manager. Avant que cette fiction ne devienne une réalité tangible, se pose la question plus actuelle du remplacement progressif par des robots de certains emplois. Et contrairement aux idées reçues, les emplois dits répétitifs et pénibles ne sont pas les seuls concernés à mesure que l’intelligence artificielle se développe. La robotique s’immisce ainsi aujourd’hui par exemple dans les cabinets d’avocats pour assister les juristes dans leurs recherches mais également dans les hôpitaux et cabinets médicaux afin de faciliter le diagnostic de certaines maladies ou encore suggérer des traitements adéquats.

D’après deux chercheurs du MIT, auteurs de l’ouvrage remarqué The Second Machine Age, nous sommes au beau milieu d’un processus au long cours qui nous conduit de l’automatisation du travail physique à l’automatisation du travail intellectuel. La véritable problématique qui se pose face à la sophistication toujours croissante des robots et à l’automatisation des tâches intellectuelles est bien celle de la place des humains face à ces machines. Une recherche menée par deux universitaires de l’université d’Oxford concluait l’an dernier que 35% des emplois au Royaume-Uni présentaient des risques de disparition à l’horizon 2035 du fait de l’automatisation. Autant dire après demain.

Plutôt que de se focaliser sur la « destruction » des emplois induite par des évolutions technologiques désormais inévitables, plusieurs chercheurs concluent en insistant sur la nécessité d’engager une véritable réflexion politique et sociale sur le rôle de l’école et des institutions. Et ce en vue de faciliter notre adaptation à un marché de l’emploi en constante évolution et plus globalement notre intégration à une société « liquide ». Si, et seulement si, nous relevons ce défi avec succès, alors nous pourrons profiter de plus de temps libre !

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’article du Guardian.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email