Des objets connectés pour lutter contre la pollution share
back to to

Des objets connectés pour lutter contre la pollution

18 décembre 2014

Si la surveillance environnementale repose beaucoup sur les actions des autorités locales, les citoyens sont aussi en mesure d’informer sur la qualité de l’air et d’agir pour l’environnement grâce à de nombreuses innovations, dont Proxima mobile dresse le bilan.

Chaque année, entre 350 000 et 500 000 Chinois meurent prématurément de complications respiratoires liées à la pollution. A l’heure où certaines villes comme Pékin deviennent même totalement irrespirables et que chaque métropole –dont Paris– observe des pics de pollution historiques, un nombre croissant d’objets connectés sont voués à assister les citoyens dans la préservation de leur santé.

Différents projets crowdfundés ont ainsi permis la diffusion d’objets connectés entièrement dédiés à la « captation citoyenne » : les enviro-trackers. Le Clarity par exemple, un porte-clé en forme d’œuf, contient un capteur connecté qui mesure les particules en suspension dans l’air, les niveaux de dioxyde d’azote ou d’ammoniaque. Relié à une application mobile, le dispositif alerte les sportifs, les parents ou les personnes souffrant de problèmes respiratoires aux heures les plus nocives pour une sortie ou une activité physique.

Aux Etats-Unis, Michael Heimbinder a également conçu Aircasting, une plateforme collaborative où chaque utilisateur peut (se) renseigner sur l’état de l’environnement. Selon des scientifiques néerlandais à l’origine du projet Ispex, les observations réalisées à partir de mesures participatives sont particulièrement utiles à la lutte contre la pollution. Beaucoup plus fiables que celles des satellites, elles permettraient aux scientifiques de mieux comprendre certains phénomènes environnementaux.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email