Les résultats du Super Tuesday en avant-première ? share
back to to

Les résultats du Super Tuesday en avant-première ?

6 mars 2012

Les candidats encore en lice pour l’investiture républicaine à la présidence américaine entament la dernière ligne droite avec le « Super Tuesday ». En un jour, les militants républicains de dix Etats votent pour élire leur favori. De l’Ohio à l’Idaho, les résultats de cette journée risquent bien de faire pencher définitivement la balance en faveur d’un des quatre derniers prétendants.

> 800 000 tweets analysés

Depuis le début de la course électorale, l’intensité du débat autour de ces primaires sur les réseaux sociaux ne se dément pas. A tel point que le quotidien national USA Today a demandé à Attensity, une entreprise spécialisée dans l’analyse des réseaux sociaux, de prédire les résultats des dix scrutins qui se déroulent mardi 6 mars.

Pour ce faire, la firme californienne a passé à la moulinette de ses algorithmes plus de 800 000 tweets émis entre le 25 février et le 2 mars. En guise de méthodologie, elle a mis en relation les messages porteurs d’un « sentiment positif » avec le volume des tweets concernant chaque candidat.

Et cela donne les résultats suivant :

  • Mitt Romney, le favori, sortirait vainqueur dans pas moins de sept Etats : Massachusetts, Virginie, Idaho, Ohio, Oklahoma, Tennessee et le Dakota du Nord
  • Rick Santorum, le challenger, devrait se contenter du Vermont.
  • Newt Gringrich remporterait lui le suffrage des habitants de la Georgie
  • Ron Paul ferme la marche, avec le soutien hypothétique de l’Alaska.

> Tweeter n’est pas voter

Quel crédit accorder à cette façon plutôt originale d’analyser les données sur le web ?

« Si les résultats sont proches, je dirais que cela n’est que pure coïncidence », commente Zach Hofer-Shall, un analyste du cabinet Forrester. « Il y a un nombre de problèmes importants avec cette technique. »

Et Zach Hofer-Shall de démontrer que plusieurs éléments peuvent facilement polluer le résultat : le « buzz autour de Ron Paul », qu’il serait hâtif d’interpréter comme un succès dans les urnes, ou encore le fait que Twitter est loin d’être « représentatif de toute la population ». Sans parler des robots-tweets, qui peuvent induire des biais évidents.

Ces mises en gardes entendues, en matière de veille électorale, les réseaux sociaux restent, « malgré leur manque de maturité, un champ de recherche fascinant » confie au quotidien américain Noah Smile, professeur à l’école de science informatique de l’Université de Carnegie Mellon.

> Mise à jour : 50% de réussite (ou d’échec)

Alors, les prédictions disaient-elles vrai ? Eh bien, si on ne peut pas parler de total échec, dire que le système est au point serait plutôt exagéré. En effet, après comparaison avec les résultats définitifs, l’analyse d’Attensity a eu bon une fois sur deux

L’Oklahoma, le Tennessee et le Dakota échappent à Mitt Romney. Tout comme Rick Santorum qui n’arrive pas à mettre la main sur le Vermont, et Ron Paul, sur l’Alaska.

La lecture à grande échelle des tweets n’est donc pas encore à même de remplacer les classiques enquêtes d’opinions.

 

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email