Les robots pourraient détruire 3 millions d’emplois en France d’ici 2025 share
back to to

Les robots pourraient détruire 3 millions d’emplois en France d’ici 2025

28 octobre 2014

3 millions d’emplois détruits en France par les automates d’ici 2025 : une perspective bel et bien probable selon une récente étude du cabinet de conseil Roland Berger, pilotée par Hakim El Karoui. Ces suppressions de postes pourraient toucher l’ensemble des classes moyennes et moyennes supérieures, et ne pas épargner des secteurs prétendument à l’abri. Un rapport exclusif relayé par le JDD.

Alors que la Fing (Fondation Internet nouvelle génération) publiait récemment des travaux prospectifs concernant l’avenir du travail, le rapport de Roland Berger s’est attaché à établir plusieurs prévisions relatives à l’automatisation de l’emploi. D’ici dix ans, 20% de nos tâches pourraient être automatisées ; parallèlement, le chômage atteindrait un taux avoisinant les 18%.

Ces robots seront en effet capables, à terme, de remplacer les humains non seulement pour des activités basiques, mais également dans le cadre de tâches nécessitant davantage de créativité et de réflexion. Les métiers de plume, la presse et la musique seront ainsi autant touchés par les suppressions d’emplois que le bâtiment, l’industrie ou l’hôtellerie… Seules l’éducation, la santé et la culture, ainsi que l’environnement, les nouvelles technologies et la relation clients, secteurs créateurs d’emplois, ne seraient pas susceptibles de subir le même sort.  

Toujours selon cette étude, le numérique fait figure de cas particulier. Censé être générateur d’activité, il n’est pas créateur de postes à proprement parler car il intègre l’automatisation dans l’équation. Preuve en est avec le nombre d’employés d’Instagram au moment de son rachat par Facebook : 13, contre 140 000 chez Kodak à son apogée.

La BPI annonçait il y a peu le lancement de prêts attractifs pour robotiser les industries. Entre volonté de modernisation et de minimisation des coûts et intérêt des employés, comment trouver un juste milieu en évitant une déflagration économique ? 

Retrouvez l’article du JDD à ce sujet. 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email