Lever les freins et les obstacles, d’abord share
back to to

Lever les freins et les obstacles, d’abord

28 octobre 2011

Faut-il une Silicon Valley française voire européenne ? Peu d’hommes politiques, de quelque bord politique qu’ils soient, n’osent questionner ce mythe de la transposition de la Silicon Valley en France ou en Europe. Faut-il sérieusement rassembler dans un espace géographique délimité des laboratoires, des entreprises, des bailleurs de fonds ? Rien n’est moins sûr !

La France a démontré dans le domaine du numérique de très belles réussites qui ne sont pas « territorialisées » (Catia de Dassault Systèmes, Kelkoo, Business Object, Pixmania, vente-privée.com, etc.). Ce qui manque aux start-ups françaises, c’est une capacité à s’imposer sur la scène mondiale à l’instar des nombreuses start-ups californiennes, dont Google est l’archétype. Dès lors, la question est plutôt : que manque-t-il à notre continent pour imposer ses innovateurs sur la scène mondiale ? Est-ce un regroupement territorial de type cluster ou pôle de compétitivité mondiale qui donnera plus de chances de réussite à nos start-ups ? On peut sérieusement en douter.

Il vaudrait mieux s’intéresser aux freins ou obstacles qui empêchent nos innovations de s’imposer sur la scène mondiale. Est-ce une question culturelle, managériale, politique ? Certainement un peu des trois.
 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email