Loi de Moore : une règle dépassée ?

17 avril 2015
En avril 1965, Gordon Moore alors ingénieur de 36 ans publie dans « Electronics Magazine » un article de trois pages selon lequel le nombre de commutateurs électroniques - des transistors - sur un circuit de même taille doublerait tous les ans à prix constant. 50 ans plus tard, la BBC se demande si cette intuition est toujours d’actualité.

D’une simple intuition, la théorie de Gordon Moore s’est faite loi. Considérée comme l’un des piliers du l’industrie du processeur informatique, elle donne encore aujourd’hui du fil à retordre à des générations d’ingénieurs informatiques.

Avec recul, Gordon Moore remarque désormais, du haut de ses 86 ans : « Au début, c’était juste une façon d’expliquer l’évolution. Mais peu à peu, la loi est devenue quelque chose que les divers participants de l’industrie reconnaissaient comme une constante qui devait rester ou tentait d’être dépassée technologiquement. Donc on est allé d’un moyen de mesurer ce qui était arrivé à un moteur de cette industrie. »

Si la croissance exponentielle prédite par Moore s’est appliquée presque parfaitement au cours des cinq dernières décennies, elle atteint aujourd’hui un palier physique. La réduction de taille des transistors serait trop coûteuse et ne permettrait pas de respecter la constance des prix édictée par la loi. Le premier transistor mesurait 2,5 cm. Sur la même surface, on peut aujourd’hui en installer 1 milliard…

Pour le chercheur au MIT Andrew McAfee, la question « n’est pas vraiment utile de savoir si la densité de transistors par puce continue à augmenter au même rythme exponentiel pour les 50 prochaines années. Notre avenir tend davantage vers l’obtention d’outils par plus de gens et d’améliorer nos traitements via les logiciels et les algorithmes.« 

Pour plus d’informations, c’est par ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email