« L’ombre du jour de mon amour trahi » : derrière l’amoureux transi, un algorithme ! share
back to to

"L'ombre du jour de mon amour trahi" : derrière l'amoureux transi, un algorithme !

19 mars 2015

Les algorithmes écrivent, et bien. C’est ce qu’a mis en lumière le New York Times, non sans une certaine malice, en proposant à ses lecteurs un test: est-ce une machine ou un journaliste qui a écrit cet article ? Ce test, nous l’avons passé. Les résultats sont pour le moins déconcertants : avec un score de 4/8, on peut dire que les machines ont confondu l’équipe de Regards sur le numérique ! Devrions-nous nous en inquiéter ?

Difficile d’admettre qu’une chose aussi constitutive de notre humanité que l’écriture puisse être aussi bien réalisée, voire mieux, par un robot que par un humain. Le test est plus que troublant de ce point de vue : lisez donc ces jolis vers… écrits par un algorithme poète.

Une question fondamentale se pose : est-ce la machine qui produit un langage de plus en plus humain, au point d’égaler et même de dépasser l’Homme ? Ou est-ce nous, humains, qui adoptons, dans des sociétés bondée d’informations et de communication ultra-rapides, un langage plus normé, et donc plus aisément reproductible ?

La première fois qu’un algorithme a battu le champion d’échecs Gary Kasparov, c’est un  bug de la machine qui a destabilisé l’humain… Bug qui, justement, l’humanisait ? La question peut se poser. Quoi qu’il en soit, ce qui paraît certain c’est que loin de pouvoir nous remplacer en tout, les machines pourraient nous libérer des tâches fastidieuses d’écriture (comme celle de la composition des produits que nous achetons). Et ainsi permettre à l’Homme de se réapproprier un langage d’expertise, de créativité, libre et dégagé des considérations purement matérielles.

La machine va-t-elle réhumaniser l’Homme ?!

Pour passer le test, c’est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email