Médias : l’innovation passe aussi par l’organisation spatiale des rédactions share
back to to

Médias : l'innovation passe aussi par l'organisation spatiale des rédactions

20 novembre 2013

Pour des raisons économiques, les médias sont parfois amenés à changer de locaux. L’occasion pour eux d’imaginer une organisation plus efficace à l’heure du numérique. C’est ce que nous raconte Nikki Usher dans un billet publié sur le Nieman Lab.

Les outils numériques ont un impact majeur sur les médias et sont souvent taxés d’être responsables de leurs maux. Qu’il s’agisse des modes et des formes de production de l’information ou encore de sa diffusion, les changements sont nombreux et concernent entre autres l’environnement, les bâtiments et l’organisation spatiale des rédactions.

Pour Nikki Usher, les grands médias ont été à l’origine de l’organisation de nombreuses villes aux Etats-Unis. La famille Patterson, fondatrice de Newsday et propriétaire de nombreux autres journaux a par exemple fortement participé à la création de Levittown, en mettant à disposition des GIs revenant de guerre des terrains abordables. En se chargeant de ce chantier, elle se construisait également un lectorat fidèle.

La famille Chandler, aux origines du Los Angeles Times, a de son côté transformé le visage de la Valley en Californie en faisant des champs et des bosquets des surfaces habitables à moindres coûts. Un territoire qui a attiré différentes industries aérospatiales, et une émulation intellectuelle et économique qui a permis à Los Angeles de se développer.

Le « virage numérique », une opportunité pour se réorganiser

Mais depuis quelques années aux Etats-Unis, les médias cherchent à faire des économies d’échelle pour faire face aux difficultés économiques qu’ils rencontrent et opérer leur transition numérique.

Ils se délocalisent donc souvent loin de leur siège historique des centres-villes pour s’installer en périphérie dans des bâtiments plus adaptés à leurs besoins actuels

Selon Nikki Usher, les nouveaux espaces de travail des rédactions représentent des opportunités incroyables pour se renouveler. Avant toute chose, l’organisation spatiale peut être repensée de manière à faciliter les interactions au sein de la rédaction, entre les services papier et web par exemple. Leurs structures se rapprochent désormais de plus en plus de hubs. 

Pour Jim Witt, directeur général du Star-Telegram et cité par Nikki Usher, cette réorganisation a été l’occasion de créer de nouveaux pôles répondant aux impératifs de la production d’information aujourd’hui : 

« Nous voulions trouver un moyen d’incarner le numérique et de le placer au centre de la salle de rédaction. Nous ne pouvions pas déplacer les colonnes porteuses du bâtiment, alors nous avons pensé que c’était l’opportunité de créer une plateforme surélevée qui puisse être un endroit spécial. Nous voulions rassembler les gens qui travaillent sur l’information chaude et continue pour le Web […]: les photographes, les rédacteurs etc. C’était l’occasion. »

Les difficultés auxquelles sont confrontées les médias sont donc autant d’opportunités pour eux de réinventer leur modèle, leur environnement et leurs manières de travailler.

Pour en savoir plus et lire le passionnant billet de Nikki Usher, c’est ici sur le site du Nieman Lab.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email