Microcrédit : cette startup ne prête pas aux riches… mais à ceux qui ont les meilleurs « friends » share
back to to

Microcrédit : cette startup ne prête pas aux riches... mais à ceux qui ont les meilleurs "friends"

26 janvier 2015

Aujourd’hui, les banquiers disposent d’assez peu d’informations pour savoir s’ils peuvent ou non vous faire confiance au moment de vous accorder un prêt. Et si, demain, ils pouvaient juger de notre crédibilité en analysant nos relations Facebook ? C’est le pari un peu fou de Lenddo, une startup qui veut démocratiser le financement de projets en… socialisant l’analyse du risque de crédit. Explications avec Wired.

Testé d’abord aux Philippines, Lenddo a déjà séduit plus de 250 000 emprunteurs de la classe moyenne. Son secret ? Le Lenddo Score, un algorithme qui accède à nos informations Facebook pour noter notre fiabilité financière. Notre comportement sur ces réseaux, ainsi que les liens que nous lions avec nos amis fournissent en effet une riche source de données sur notre caractère. 

En plus d’être lui-même noté, chaque emprunteur est invité à dresser une liste de ses amis les plus fiables à l’attention de l’application. S’il rembourse son prêt dans les temps, ces personnes auront elles-mêmes davantage de facilité à obtenir un prêt via Lenddo. Un système de recommandation sociale qui fonctionne à plein : aux Philippines, Lenddo dispose déjà d’un million de membres qui lui donnent accès à leur activité sociale et contribuent à populariser la plateforme – ainsi que cette solution de microcrédit innovante.

Et les résultats sont là : les taux de défaut sur les prêts Lenddo sont très faibles, égalant les performances des acteurs classiques de la microfinance. Et l’algorithme s’améliore de jour en jour, permettant une avancée sociale notable : grâce à ce procédé, les entrepreneurs des pays en développement peuvent en effet obtenir des prêts, même s’ils ne satisfont à aucun des critères des prêteurs classiques. Et les banques qui achètent la solution Lenddo peuvent désormais accorder leur confiance à des clients qui n’en auraient jamais bénéficié auparavant.

Pour aller plus loin, c’est ici avec Wired (en anglais).

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email