Mot du jour : la "future-cation"

18 octobre 2013

Marc Prensky, le penseur et auteur prolifique qui a inventé le concept de « digital natives » est de retour avec un tout nouveau mot composé : Futurecation.

Dans un article qui sera publié dans le prochain numéro de Education Technology Magazine, Mark Prensky explique la signification de ce nouveau terme, qui fera l’objet de son prochain livre.

« Je suggère à chaque école et chaque enseignant d’adopter la Futurecation comme l’un de leurs principaux objectifs. La Futurecation, c’est le réequilibre de l’orientation du secteur de l’éducation pour se focaliser sur l’avenir et non plus le passé. »

Une partie de ce projet est bien sur de promouvoir une intégration rapide des outils pédagogiques numériques en classe, mais l’auteur explique que le concept va bien au-delà de préoccupations matérielles comme l’équipement ou l’usage en classe du numérique.

« La Futurecation, c’est aussi le fait de voir la technologie comme le nouveau fondement de l’éducation – comme l’a été l’apprentissage de l’écriture et de la lecture jusqu’à présent. Nous n’arrêterons bien évidemment pas de lire et d’écrire, mais nous devons absolument chercher un meilleur équilibre entre les anciennes et nouvelles bases. ‘Est-ce que j’enseigne vraiment ce que mes enfants ont besoin d’apprendre ?’ (…) Dans de trop nombreux cas la réponse est non. Au coeur du concept de Future-cation, il y a l’idée de garder constamment un oeil ouvert sur les vrais besoins qu’auront les enfants dans leur avenir. »

L’inverse bien sur de la Future-cation, est la « Pastucation » (littéralement : passéducation), et Mark Presky explique pourquoi le fait de propager une vision archaïque de la technologie peut devenir nuisant pour nos enfants.

« Mon fils, en CE1 l’année dernière a eu un professeur très adepte de la « Past-ucation ». Elle n’était pas à l’aise avec la technologie et ne l’avait jamais accordé beaucoup d’importance. Sa salle de classe n’avait rien de différent de ma propre salle de classe lorsque j’avais le même âge, il y a presque 60 ans. Les quatre ordinateurs dans le coin étaient rarement allumés… Il n’y avait pas d’art sur les murs créées avec des outils numériques, et pas d’équilibre entre les manières d’écrire d’antan et celles d’aujourd’hui (agrémentés de données, d’interactivité et d’éléments graphiques). Lorsque mon fils a été enfin autorisé à faire une présentation PowerPoint, elle consistait en un copier-coller de texte avec quelques images. Il a lu le texte mot par mot devant la classe. » 

Ce que Mark Prensky trouve de pire dans cette « Past-Ucation », c’est que les éducateurs qui l’emploient communiquent tous les jours leurs angoisses et peurs face à la technologie à leurs élèves. Il explique que son fils revenait de l’école avec l’idée que chercher la définition d’un mot avec Siri, c’était « de la triche » et que Wikipedia « racontait des mensonges ». 

La Futurecation c’est donc la réalisation que l’éducation va bien au delà de la préservation de notre histoire et passé communs, car il s’agit aussi de préparer les enfants pour leur avenir. 

« A l’époque quand les technologies avançaient relativement lentement c’était suffisant de se reposer sur le contenu et les compétences d’hier. Mais nous savons tous qu’aujourd’hui, l’avancée des technologies se fait à une fréquence tellement rapide que nos enfants vivront dans un monde qui sera profondément différent du notre. C’est notre travail de les préparer à cela. »

En attendant la sortie de son livre, vous pouvez lire l’intégralité de l’article ici, et suivre la réflexion de Mark Prensky sur son site internet 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email