Nicolas Hernandez : en 2020, découvrir le patrimoine culturel avec l’opendata share
back to to

Nicolas Hernandez : en 2020, découvrir le patrimoine culturel avec l'opendata

31 mars 2011

> Au départ, un scénario imposé :

« Nous en sommes 2020, toutes les données sont libérées…
Quelle application open data a changé votre vie ? »

> Et voici la réponse proposée par Nicolas Hernandez (Myrtila) :

En 2020, la découverte de notre patrimoine culturel est attractive et interactive : via un site Internet ou une application, vous utilisez de petits tests de connaissances, générés automatiquement à partir de données libérées : date de production d’une œuvre, auteur, personnages et scène qu’elle représente, technique et courant picturaux, etc.

Vous pouvez également créer votre propre parcours thématique à partir de ces données et travailler sur un sujet de votre choix : la représentation des personnages bibliques à la Renaissance, par exemple.

Professeurs et étudiants l’utilisent pour construire des parcours thématiques, et réviser. Surtout : chercheurs, fins connaisseurs et amateurs d’art peuvent enrichir les données, en ajoutant des explications et des détails sur un point particulier d’une œuvre.

> Et dans la vraie vie ?

Nous sommes en 2011, et Nicolas Hernandez Nous sommes en 2011 et Nicolas propose Myrtila, une plateforme de partage de compétences 2.0 permettant aux opérationnels des entreprises de créer eux-mêmes des tests de connaissances à destination de leurs collègues.

> Deux mots du cadre … :

En préparant l’atelier l’opendata, et nous, et nous, et nous, qui s’est déroulé jeudi 17 mars sur le campus de Microsoft France avec RSLN et le World e.gov Forum, nous nous sommes rapidement heurtés à l’un des paradoxes de l’opendata : les exemples de services qui bénéficieront de la libération des données publiques sont encore largement à construire !

Si les concepts naissent, si les bénéfices attendus s’affinent, et si les modèles économiques se dessinent, il n’en reste pas moins que les services à forte valeur ajoutée qui, nous en sommes convaincus, naîtront dans le monde des données ouvertes, restent encore à imaginer. Bref, le « proof of concept », est encore en chantier – et, pour notre plus grand plaisir, est ouvert à tous. C’est ce que nous avons tenté de faire, en proposant à une petite dizaine de défricheurs du web des données de répondre au scénario présenté en accroche de ce billet.

La présentation de Nicolas Hernandez fait partie de la série de pitches d’anticipation.

> Retrouvez toutes les vidéos des présentations de ces explorateurs :

> Et pour aller plus loin :

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email