Objets connectés et Big Data : les outils d’une consommation plus responsable ? share
back to to

Objets connectés et Big Data : les outils d'une consommation plus responsable ?

12 mars 2014

Demain, nos objets de plus en plus connectés nous donneront accès à des avalanches de données sur les produits que nous consommons et achetons. De quoi améliorer l’usage que nous en faisons pour une meilleure santé… mais aussi nous permettre de mieux consommer ? Petit point avec The Guardian.

Quand votre brosse à dents alertera le dentiste…

Fin février dernier à Barcelone, Oral B présentait lors du Mobile World Congress 2014 sa brosse à dents connectée via Bluetooth. L’objet est connecté à votre smartphone et vous aide à identifier les zones que vous avez tendance à négliger ! On imagine sans peine qu’il pourrait un jour se connecter directement au cabinet de votre dentiste…

Pour le Guardian, c’est l’occasion d’un petit rappel : du fait de la baisse du coût des capteurs, d’un côté, et de celui du stockage des données, de l’autre, la révolution Big Data promet de bouleverser nos modèles d’affaires. En se positionnant sur la récolte de données, les entreprises sont désormais en mesure de faire évoluer leur approche du marché, notamment en analysant mieux le comportement et les besoins des clients.

Mais ce pouvoir pourrait bien aller dans les deux sens : après tout, les consommateurs ne pourraient-ils pas aussi, de leur côté, se servir de nouvelles sources de données pour mieux acheter ?
 

Le e-commerce bientôt bouleversé par le shopping personnalisé ?

Demain, le consommateur pourra faire ses achats en fonction de nouvelles variables, prédit le Guardian : en ligne comme dans les magasins, nous pourrions sélectionner nos produits selon des critères comme le pays d’origine, les méthodes de transformation utilisées ou encore le mode de transport. La tendance pointe d’ailleurs déjà le bout de son nez, à l’exemple du site Etsy-style qui propose différents critères de provenance des produits vendus en ligne.

Non content de nous aider à améliorer l’usage de nos objets quotidiens, les données pourraient ainsi nous permettre d’agir sur les processus et moyens de productions. De quoi renforcer la tendance du « made in » avec l’appui de données concrètes basées sur des critères bien définis ? L’ouverture et la transparence des données relatives aux méthodes de production utilisées serait en tout cas un moyen de construire une confiance et une nouvelle approche de la responsabilité sociétale des entreprises.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email