Henri Verdier : Open data et réforme de l’action publique share
back to to

Henri Verdier : Open data et réforme de l'action publique

25 janvier 2013

Dans une interview accordée à Acteurs Publics, Henri Verdier, le nouveau patron d’Etalab revient sur l’ouverture des données publiques et leur réutilisation pour rendre administrations et politiques plus efficaces. Il explique ainsi que la seule réforme de l’action publique possible est celle qui passera par l’Open data.

Il pose lors de cette première interview, les différents points sur lesquel il sera amené à se pencher. Commençant par la stratégie d’ouverture des données publiques, vue comme « un incroyable levier de modernisation » :

« Elles permettent de construire de nouvelles relations – plus respectueuses et plus coopératives – avec les citoyens, elles procurent de nouvelles ressources pour l’économie, et elles permettent de concevoir de meilleures organisations – plus souples et plus efficaces – des services publics.»

Et de préciser la manière dont il compte s’y prendre, notamment en développant « la culture de l’utilisation des données publiques par l’administration elle-même. » Les données de consommation de médicaments pourraient par exemple servir à l’identification de la surconsommation ou de la prescription dangereuse. À voir le degré d’implication des administrations et la façon dont elles appréhendent cette culture des données. Henri Verdier est quant à lui optimiste même s’il est conscient que la démarche prendra du temps.

Les points sur lesquels il faudra récupérer un certain retard ? Le « manque d’outils conceptuels pour penser la question de la “donnée”, trop souvent analysée à travers le cadre des documents ou des fichiers » et « une tension entre les données “brutes” et les données interprétées ». 

Reste à voir ce que vont devenir les données et comment suivre leur évolution dans le temps.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email