Oubliez les 6 degrés de séparation : ils ne sont plus que 4 share
back to to

Oubliez les 6 degrés de séparation : ils ne sont plus que 4

29 octobre 2013

Qui n’a jamais croisé ce célèbre concept des 6 degrés de séparation, théorisant le fait qu’à l’heure de la mondialisation, de ses réseaux et interconnexions, il n’y aurait au maximum que cinq intermédiaires entre nous et n’importe qui dans le monde ? Et bien, avec Facebook, ce nombre a été presque divisé par deux : c’est ce qu’annoncent des chercheurs Taïwanais relayés par Fast Co.Exist. Une illustration concrète de la désintermédiation de la société par l’effet des outils numériques.

Eman Yasser Daraghmi et Shyan-Ming Yuan, de l’Université Chiao Tung à Taiwan, ont créé une base de données de 950 millions de profils Facebook. Après avoir éliminé les faux comptes et ceux qui ont été dupliqués, ainsi que les célébrités, les chercheurs ont utilisé des méthodes statistiques avancées pour calculer la portée théorique des « amis d’amis » sur le réseau.

Le résultat confirme et amplifie l’effet « small world » mis en évidence dès 1929 et popularisé par Stanley Milgram dans les années 1960 : entre deux personnes inscrites sur Facebook, il n’y aurait plus 6 mais 3,9 degrés de séparation au maximum. Et encore, ce chiffre tient-il compte des réseaux et professions rares et isolés. Si vous faites un métier relativement commun, il tombe pour vous à 3,2.

L’information n’étonnera pas ceux qui, ayant suivi le feuilleton « Kony 2012 » ou écouté Gilad Lotan, sont déjà sensibilisés à l’étonnant pouvoir des réseaux.

3,2 degrés de séparation : si le film avec Will Smith sort un second opus, son titre est en tout cas tout trouvé.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email