Sécurité : plus la police est numérisée, plus elle est piratée share
back to to

Sécurité : plus la police est numérisée, plus elle est piratée

1 février 2016

Caméras de surveillance, échanges de documents, bases de données… Aux Etats-Unis, les services de police sont régulièrement victimes de cyberattaques. Un phénomène qui ne peut qu’aller croissant dénoncent certains experts. Les détails avec Fast Company.

« Si une fusillade non-résolue a lieu, vous pouvez être sûr que vous allez être piraté. » Pour Terry Sult, chef de la police de Hampton (Virginie), la menace est bien identifiée. Découvrir l’identité de témoins, maquiller ou détruire des preuves ou encore faire chanter les cibles d’investigation sont autant d’opportunités dont souhaitent s’emparer les hackers.

Si les officiers de police se doivent désormais de connaître les principales bonnes pratiques de sécurité numérique pour se protéger des traditionnel phishing et autres malwares extérieurs, un travail d’audit plus poussé semble nécessaire. L’Electronic Frontier Foundation a par exemple signalé que plus d’une centaine de logiciels de reconnaissance de plaques d’immatriculation étaient mal configurés… Au risque de voir toutes ces données personnelles disséminées au grand jour.

Pour pallier ce problème, le FBI propose dans le cadre du Cyber Shield Alliance program, des formations et des outils à destination des services de police demandeurs. Une première étape qui semble pour le moins indispensable.

Plus d’informations avec l’article de Fast Company.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email