Le portrait-robot du startuper n’est pas celui que vous croyez share
back to to

Le portrait-robot du startuper n'est pas celui que vous croyez

6 juillet 2015

Nous avons une fausse idée du startuper type : une récente étude relayée par le New York Times s’intéresse à la diversité insoupçonnée des profils d’innovateurs.

38 ans, un diplôme d’études supérieures en poche et 16 années d’expériences… Loin de l’image d’Epinal du self-made-man, ces caractéristiques sont partagées par la majorité des fondateurs de start-up ayant réussi à lever des fonds, d’après les travaux de chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley.

« Nous nous faisons une fausse idée du fondateur de start-up type : un jeune homme blanc, d’une vingtaine d’années, qui aurait commencé à suivre des études supérieures d’informatique dans une prestigieuse université avant d’abandonner […] La vérité est que nous avons sans doute tort. » reconnait Roy Bahat, à la tête du fonds d’investissement Bloomberg Beta.

L’étude montre même que seuls 53% des fondateurs de start-up avaient précédemment des liens avec l’univers des technologies. Mais le fait d’avoir travaillé pour une entreprise elle-même financée par capital-risque multiplie tout de même la probabilité de créer un jour sa start-up, affirme l’étude.

Pour en savoir plus sur cette étude, c’est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email