Les tribunaux vont-ils devenir des zones sans Internet ? share
back to to

Les tribunaux vont-ils devenir des zones sans Internet ?

12 mai 2015

Des salles d’audience sans wifi ni 3G : des brouilleurs de communication empêcheront les visiteurs de la Cité Judiciaire de Paris d’accéder à l’Internet mobile. Numerama explique les raisons de cette déconnexion volontaire.

Il sera bientôt impossible de tweeter aux abords des salles d’audience du nouveau Palais de Justice de Paris, dont la fin des travaux est prévue pour fin 2017. Et la mesure ne concerne pas que les 6 000 visiteurs ponctuels du bâtiment : les 2 000 membres du personnel n’auront pas non plus accès à Internet sans fil à proximité des prétoires. La faute à des brouilleurs de communication dispersés dans les 120 000 m² du nouveau bâtiment de l’architecte Renzo Piano.

La décision du ministère de la Justice, officiellement avancée pour des raisons de sécurité, mettra notamment fin à la pratique du live-tweet, qui avait valu à deux juges une enquête administrative retentissante après avoir échangé sur Twitter pendant une audience. Mais certains magistrats et journalistes s’inquiètent de cette mesure qui va à l’encontre des nouveaux usages du numérique et de la liberté d’expression.

[Mise à jour – 15h30] Le ministère de la Justice a indiqué à Libération que «des consignes ont été données pour que des solutions techniques soient trouvées afin de supprimer le brouillage prévu dans le projet de 2012». «En l’état, le projet donne une image de la justice contraire à celle que s’en fait la garde des Sceaux, à savoir accessible et ouverte au public».  

Plus d’information avec l’article de Numerama.

 

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email