Projet Trianglum : comment l’Union Européenne concrétise la ville intelligente de demain share
back to to

Projet Trianglum : comment l'Union Européenne concrétise la ville intelligente de demain

15 octobre 2014

Quel est le point commun entre Manchester (Pays-de-Galles), Eindhoven (Pays-Bas) et Stavanger (Norvège) ? Ces trois villes ont été choisies comme pilotes pour les premiers quartiers intelligents du projet Triangulum, financé à hauteur de 24,4 millions d’euro par l’Union Européenne. Détails avec Science Daily.

« Notre but est de trouver des solutions viables pour rendre les villes durables, intelligentes et agréables. Pour ce faire, nous allons mettre en œuvre des concepts pionniers dans l’approvisionnement de l’énergie durable, de la mobilité, des technologies de l’information dans trois villes choisies », explique Alanus von Radecki, responsable de projet à Fraunhofer IAO.

Portée par des chercheurs de l’institut de recherche Fraunhofer IAO, en partenariat avec le Steinbeis-Europa-Zentrum (SEZ), cette première phase du projet vise à dessiner des bonnes pratiques transposables ensuite à Leipzig, Prague et Sabadell. Derrière le projet Triangulum, ce sont encore 23 acteurs, tels que des collectivités territoriales, des centres de recherche et des entreprises, formant un partenariat stratégique sous les auspices du Consortium Smart Cities and Communities et du Horizon 2020 framework. Au programme : des rénovations des réseaux d’énergies, des véhicules individuels et des transports en commun électriques, des applications et des outils pour modéliser les dépenses et les économies d’énergie et des actions spécifiques aux problématiques locales. Mais aussi la réinvention des services publics avec, au cœur, la question de l’engagement et de la participation des citoyens.

A Manchester, il s’agit de transformer le Corridor, un quartier étudiant en quartier intelligent. Au menu : rénovation du bâti historique et construction d’un réseau autonome d’énergie pourvoyant chauffage et électricité. Seuls des véhicules électriques, vélo et le Metrolink, un tram électrique seront autorisés à circuler.

A Eindhoven, deux quartiers seront transformés en lieux de vie durables. L’ancien complexe industriel Phillips, où les terres polluées seront décontaminées grâce à un ingénieux système de nettoyage doublé d’un système de production d’énergie. Des outils IT faciliteront des usages durables en termes de consommation d’énergie et de mobilité, notamment en permettant aux habitants de louer des véhicules électriques, de réserver des places de parking et de circuler en bus électriques. Dans le quartier Eckart-Vaartbroek, des rénovations des réseaux d’énergie seront effectuées dans le parc de logements sociaux. Par la suite, des instruments de mesures seront capables de modéliser et visualiser en 3D les coûts et les économies d’énergie réalisées.

A Stavanger, ville norvégienne qui concentre déjà la plus grande densité de véhicules électriques par habitants en Europe, l’idée est d’aller encore plus loin : faire de cet élément un moteur de développement et de croissance pour la ville, en intégrant des indicateurs sur l’énergie et la mobilité dans des outils IT communs.  

Autant de bonnes pratiques qui concrétisent la ville intelligente européenne de demain.

Pour retrouver l’article de Science Daily, cliquez ici

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email