Quand l’addiction aux jeux vidéo devient une force ! share
back to to

Quand l'addiction aux jeux vidéo devient une force !

24 février 2014

A San Francisco, des chercheurs ont réalisé une étude pour comprendre notre dépendance aux jeux vidéo. L’idée : trouver les facteurs d’addiction et les transformer en force afin de développer des jeux vidéo capables de rendre nos cerveaux plus rapides et en meilleur santé. Explications avec The New York Times.

S’appuyant sur les techniques de neuro-imagerie, les chercheurs du laboratoire médical de l’Université de Californie à San Francisco (U.C.S.F.) ont collecté des données sur un groupe de joueurs dans l’objectif de réaliser des jeux vidéo qui s’adaptent en temps réel à leurs performances afin de les maintenir dans le flow, l’état maximal de concentration qui provoque l’addiction. 

Selon Ian Bogost, concepteur de jeux vidéo et enseignant en informatique interactive à l’Institut de technologie de Géorgie, un point ressort avec les jeux addictifs : nous désirons réparer quelque chose. Insister sur ce point tout en identifiant les zones du cerveau concernées permettraient de s’en servir pour guider des expériences de jeu plus puissantes capables d’améliorer la façon dont notre cerveau fonctionne. 

L’ambition de ces recherches est de traiter des pathologies telles que la dépression, le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention ou encore stimuler la mémoire, à l’image du jeu NeuroRacer proposé justement par le labo U.C.S.F. 
 

Alors que le jeu Flappy bird a été retiré des mobiles pour son côté trop addictif et déchaîne les passions – en témoigne la vidéo ci-dessous qui montre des personnes âgées s’essayant au jeu ! – ce domaine d’études a le mérite de bousculer les idées. Une façon peut être de compléter la liste des idées reçues sur les jeux vidéo ?

Pour en savoir plus et lire l’intégralité de l’article, c’est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email