Méthode Rowe : quand libérer le salarié stimule l’entreprise share
back to to

Méthode Rowe : quand libérer le salarié stimule l'entreprise

6 août 2014

Et si les salariés étaient jugés uniquement sur le travail fourni et non plus sur leur manière de l’accomplir ? C’est la question sur laquelle se sont penchées Cali Ressler et Jody Thompson, qui ont développé le projet ROWE, Results-Only Work Environment (pour « Environnement de travail axé uniquement sur les résultats« ), une méthode de gestion des ressources humaines visant à pousser l’autonomie du salarié jusqu’au bout. 

De la gestion des employés à la gestion du travail 

Pourquoi le travail nous emmerde… et comment faire pour que ça change ?, c’est ainsi que s’intitule le livre des deux auteurs, qui revient sur leur méthodologie pour libérer le salarié tout en optimisant sa productivité.

Au programme, une gestion beaucoup plus « macro » des ressources humaines : finies les évaluations du temps passé au bureau et du pointage du personnel. Désormais, le salarié est libre d’organiser son temps de travail, sans avoir à justifier de rien. Il peut même ne pas assister aux réunions s’il estime qu’elles n’ont rien d’efficace.

La conséquence directe est une responsabilisation totale du salarié qui se traduit par une évaluation limitée à son efficacité en fonction d’objectifs globaux. Il s’agit – ni plus ni moins – de se focaliser sur la productivité du salarié et de lutter contre le présentéisme.

Un glissement important s’opère donc dans la gestion des ressources humaines : on passe de la gestion des employés à la gestion du travail, note Jody Thompson interrogée par Slate le 13 juillet dernier.

Qu’avec les télécommunications et les logiciels de collaboration, le travail devienne mobile n’est plus un scoop. Mais pour Cali Ressler et Jody Thompson, on resterait « frileux » dans notre façon d’organiser le télétravail : il resterait trop conditionné à de multiples autorisations qui culpabiliseraient encore le salarié dans la gestion de son emploi du temps. Le ROWE se présente ainsi comme le moyen de penser cette mobilité jusqu’au bout.

Une méthodologie RH gagnante-gagnante pour le salarié et l’entreprise

Slate poursuit la réflexion en interrogeant Phyllis Moen, professeur de sociologie à l’université du Minnesota qui a testé la méthode ROWE et étudié ses répercutions sur les employés de Best Buy (l’important distributeur de matériel électronique américain où travaillaient Cali Ressler et Jody Thompson). Selon elle, les résultats sont plus que bénéfiques… tant pour la santé du salarié (moins de stress, plus de sommeil, plus de temps pour se faire suivre médicalement, etc.) que pour l’entreprise qui a vu la productivité de ses équipes augmenter de 41% et le turnover se réduire sensiblement. De quoi alimenter les réflexions futures sur l’organisation du télétravail ?

Pour en savoir plus, c’est ici avec l’article de Seth Stevenson dans Slate.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email