Quand l’open data se heurte aux obstacles internes de l’administration share
back to to

Quand l'open data se heurte aux obstacles internes de l'administration

7 octobre 2013

Si l’on peut saluer les efforts de l’administration française pour ouvrir ses données publiques, le processus révèle l’inadaptation de ses systèmes d’information pour industrialiser le système. C’est ce qu’explique le spécialiste de l’open data, Denis Berthault, dans une passionnante interview accordée à la Gazette des Communes.

Les obstacles sont nombreux. Tout d’abord les différents échelons administratifs s’imposent comme autant de freins au processus d’ouverture des données. Outre l’absence de formats stabilisés pour le partage des données, les administrations sont également confrontées à des difficultés techniques qui relèvent des différents systèmes d’information utilisés mais aussi bien souvent de l’impossibilité d’en exporter des données. Pour Denis Berthault :

« D’un point de vue technique, l’Open data est la partie visible de l’iceberg, l’important se passe en amont. Nous sommes actuellement, et dans de nombreux pays, à un stade très artisanal de la diffusion des données produites par les administrations.« 

D’après Denis Berthault, il est donc essentiel de créer des conditions optimales à l’ouverture des données publiques, en commençant par les back offices de production des données afin de permettre un mode industriel de production et de diffusion des données. Mais c’est aussi une certaine approche des acteurs se réappropriant les données qu’il faut changer. Pour l’expert, il faut accepter que tout le monde soit en compétition : des citoyens aux associations en passant par les entreprises, les collectivités territoriales et les administrations.

Pour en savoir plus et lire l’intégralité de l’interview, c’est par ici !

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email