Quels besoins de compétences pour les e-leaders de demain ? share
back to to

Quels besoins de compétences pour les e-leaders de demain ?

19 juin 2014

Aucune organisation ne peut imaginer réussir, quelque soit le secteur d’activité, si elle persiste à voir le numérique comme un outil. Le développement du numérique dans l’économique, a un impact considérable sur le fonctionnement des organisations. L’émergence d’une culture numérique chez les actifs, l’arrivée sur le marché du travail des « digital native » modifient les modèles de management, l’organisation du travail… Elle crée de nouveaux usages et de nouveaux besoins qui nécessitent une adaptation des compétences et des métiers existants entraînant l’émergence de nouvelles fonctions. 

En effet, l’organisation par les process est vouée à disparaître au profit du travail collaboratif, au service des usages et des marchés. La transformation numérique des entreprises est devant nous notamment sur les deux champs principaux que sont la relation client et le management des organisations.

Les ingénieurs diplômés des grandes écoles du numérique devront donc disposer de compétences nouvelles leur permettant d’exploiter les possibilités offertes par le numérique en matière d’évolutions des métiers, de transformation des méthodes de management, de création de valeur via des services innovants répondant à de nouveaux usages et d’ouvertures de nouveaux marchés. Ces compétences peuvent être regroupées sous l’expression e-leadership.

Face à ce constat, le groupe de travail de l’observatoire Pasc@line a lancé une réflexion sur le e-leadership considérant que les compétences associées devraient faire partie du métier / bagage de l’ingénieur afin qu’il puisse agir sur tous les leviers de l’économie numérique. 

Cette réflexion a conduit à la production d’un rapport qui vise à identifier les compétences que devront développer les e-leaders. Je peux en donner ici deux exemples. L’e-leader doit développer sa curiosité sur les domaines de son business par une lecture intensive, une veille technologique personnelle et une attention sur les signaux faibles qu’il peut percevoir sur l’évolution de son secteur d’activité. Il doit rester en permanence en veille. D’autre part, la capacité à faire partager et circuler l’information est essentielle. La période où le leader était écouté parce qu’il était le chef est révolue. L’e-leader doit passer un temps considérable à communiquer, à mettre en réseau, à intermédier. 

Les compétences listées dans ce rapport touchent l’entrepreneuriat, l’innovation, les ressources humaines – et notamment le management des personnes à distance en situation de télétravail ou de mobilité. Mais elles concernent aussi la participation à l’élaboration de nouveaux business models, la relation client ou encore la prise en compte des usages. Avec ce profil, les e-leaders pourront avoir un impact sur toutes les dimensions de l’économie réelle et du fonctionnement des entreprises, à partir de la maîtrise des technologies, socle traditionnel de la formation de l’ingénieur et particulièrement des technologies impactantes du numérique.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email